Actuellement à l’affiche : Gymnase Marie Bell

Le Comte de Bouderbala - Spectacle n°2 jusqu'à 22% de réduction

1
2
3
4
5
  • 4 avis
Gymnase Marie Bell Paris | du 27 septembre 2016 au 28 janvier 2017
HUMOUR & CAFE THEATRE, Coups de coeur, One (wo)man show
RESERVER

À partir de 24,50 €

Marc-Antoine Le Bret fait des imitations jusqu'à 46% de réduction

1
2
3
4
5
  • 17 avis
Gymnase Marie Bell Paris | du 01 octobre 2016 au 27 janvier 2017 | Durée : 1h20
HUMOUR & CAFE THEATRE, Coups de coeur, Imitation, One (wo)man show
RESERVER

À partir de 17,50 € au lieu de 24,50 €

 

Anciennement à l’affiche

La petite fille aux allumettes

1
2
3
4
5
  • 2 avis
Gymnase Marie Bell Paris | du 15 octobre au 26 novembre 2016 | Durée : 1h15
JEUNE PUBLIC, Comédie musicale, Conte, Maternelle, Primaire

Spectacle terminé depuis le 26 novembre 2016

 

Gymnase Marie Bell

  • Accueil du public

Le Gymnase Marie Bell est un lieu qui dispose de trois salles de spectacles : le Théâtre du Gymnase à l'italienne (750 places), le Petit Gymnase, salle carrée (157 places) et le Studio Marie Bell, salle voûtée (84 places).

Seul le Théâtre Gymnase Marie Bell est accessible aux personnes à mobilité réduite. Merci de le préciser avant votre commande au 01 40 13 84 65 (pour vérification des disponibilités).

Le Théâtre vous propose un espace bar ouvert 30 minutes avant le début des réprésentations et un espace restauration ouvert de 19h à 2h du matin qui vous propose des menus entre 29 et 39 euros.

Les places sont à retirées 30 minutes avant le début du spectacle.

Dans l'ensemble des salles du Gymnase, les ouvreurs sont rémunérés au pourboire.

  • Présentation du lieu

Le Théâtre du Gymnase a été construit en 1820, en moins de trois mois, par les architectes Rougevin et Guerchy à son emplacement actuel, sur un terrain qu'avait occupé le Café Vasparo et où se trouvait jadis le cimetière de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle.

A cette date le privilège acquis par Delestre-Poirson, premier directeur du théâtre d'essai, servirait à l'entraînement des élèves du Conservatoire, en représentant des pièces en un acte ou réduites à un acte. C'est ainsi que le 23 décembre 1820, pour l'inauguration, furent représentés un prologue en vaudeville de Scribe, Moreau et Mélesville : Le boulevard de Bonne-Nouvelle et L'Amour médecin de Molière, réduit à un acte par la suppression des ballets, intermèdes et entrées.

Poirson put cependant assez rapidement jouer des pièces " ne dépassant pas trois actes " toujours mêlées de couplets avec des sorties en musique. Il s'attacha Scribe par contrat exclusif et sut s'attirer les bonnes grâces de Madame, Duchesse de Berry. Après avoir, durant l'été de 1824, envoyé sa troupe à Dieppe pour le divertissement de la Duchesse, il fut autorisé à changer le nom de son théâtre, qui devint le Théâtre de Madame.

Les Parisiens prirent bien vite l'habitude d'aller à cet agréable et moderne établissement (Poirson avait été, dès 1823, l'un des premiers à installer le gaz d'éclairage), et d'y applaudir des pièces gaies, morales et de bonne compagnie, mais parfois aussi de tendances libérales comme la pièce de Scribe, intitulée Avant, pendant et après, qui lui attira en 1829 le mécontentement de la Cour.

Fermé en juin 1830 pour réparations, le théâtre reprit, après la révolution de juillet, son nom de Gymnase Dramatique, qu'il n'a plus quitté depuis.

Avec Scribe et pendant 25 années s'installa le genre " honnête " où sont prônées les vertus bourgeoises et civiques, où l'amour domestiqué ne joue qu'un rôle de " faire valoir " donnant l'occasion d'étaler l'importance du Père de Famille, la victoire de la Sagesse et de la Raison... Jusqu'au moment où, Poirson ayant cédé en 1844 la direction à Montigny, ce dernier s'aperçut que le public commençait à bouder le oeuvres édifiantes et à se désintéresser des filles pures, pauvres et vertueuses. Alors insensiblement, le Gymnase transforme son répertoire et aborde une phase nouvelle.

 " Il (le Théâtre du Gymnase) est désormais tout acquis à ce genre dont il a singulièrement développé l'importance " constatait Monselet en 1864, " c'est-à-dire l'étude des phénomènes de la passion, l'analyse des sentiments exceptionnels. Son répertoire est comme une audacieuse parenthèse ouverte dans la société actuelle, Il se plaît dans l'illicite, il va droit au scabreux... A lui les situations compromettantes, les turpitudes froides, les effronteries calculées. Il a une loupe pour tous les scandales. Ses pièces durent toute une soirée, ses comédies ne reculent ni devant les coups de pistolet, ni devant les sanglots, ni devant les agonies. " 

Cette période fut marquée par des représentations de Balzac, d'Émile Augier, de Georges Sand, d'Alexandre Dumas Père, d'Edmond About, etc., par les créations des pièces de Sardou, de Feuillet, de Meihac et Halévy, etc., et surtout des pièces à thèse d'Alexandre Dumas Fils, que le Théâtre du Gymnase révéla à la critique et au public. Comme Scribe avait donné sa marque à la première époque, Alexandre Dumas Fils fut pour une nouvelle période l'auteur dramatique idéal du Théâtre du Gymnase.

A partir de 1881, les pièces d'Ohnet, Marcel Prévost, Robert de Flers, nous amènent à la période Bernstein qui créa au Gymnase plusieurs de ses oeuvres et des plus remarquables telles que Samson, La Rafaie, La Galerie des Glaces, Mélo, Le Bonheur, Le Messager, et qui en devint directeur en 1926.

Succédant en 1939 à Henry Bernstein, Madame Paul Rolle monta entres autres : Jazz de Marcel Pagnol, Rêves d'amour de René Fauchais, Les Parents terribles de Jean Cocteau, Adorable Julie de Marc-Gilbert Sauvajon. Socho Guitry vint, sur la scène où débuta son père, jouer Toa et Deburau puis, après avoir interprété La bonne soupe de Félicien Morceau, Le Balcon de Jeun Genet, La Voleuse de Londres de Georges Neveux. Madame Marie Bell succéda à Madame Marie-Rose Belin à la direction du Théâtre en 1962.

Depuis lors se sont succédés Adieu prudence, adapté par Barillet et Grédy, Les violons parfois de Françoise Sagan, La Vénus de Milo de Jacques Deval, Le Fil rouge de Denker, marqué par l'interprétation de Curd Jurgens, Des clowns par milliers de Gardner, adapté par Jean Cosmos où triompha Yves Montand, Après la chute d'Arthur Miller, Madame Princesse de Félicien Morceau, Le cheval évanoui de Françoise Sagan, Les yeux crevés de Jean Cou, Le vison voyageur de Roy Cooney et John Chapman, adopté par Jean-Loup Dabadie, Le Contrat de Francis Veber, Le canard à l'orange et Ne coupez pas mes arbres de William Douglos Home, version française de Marc-Gilbert Sauvajon et Cher menteur de Jérôme Kilty avec Paul Meurisse, Le saut du lit de Marcel Mithois avec Micheline Boudet et Guy Tréjean, Simon le bienheureux adapté par Matthieu Galey et mise en scène par Michel Fagadau, Viens chez moi, j'habite chez une copine, mise en scène Luis Rego, Une aspirine pour deux de Woody Allen adapté par Francis Perrin, Coluche, No man's land d'Harold Pinter avec Guy Tréjean et Michel Bouquet, L'Atelier de Jean-Claude Grumberg, Arrête ton cinéma adapté par Gérard Oury avec Jacques Weber et Françoise Fabian, Le Grand Orchestre du Splendid, Guy Bedos, Thierry le Luron, Francis Perrin dans Mon Panthéon est décousu, Madame Sans-Gêne de Victorien Sardou et Emile Moreau avec Annie Cordy. L'ex femme de ma vie avec Josiane Balosko et Richard Berry, La Gaf, Michel Boujenah, Catherine Lara, Josiane Balasko dans Solo. Les nouvelles aventures de Michel Courtemanche. Les Fourberies de Scapin avec Smaïn.

Succédant en août 1985 à Mademoiselle Marie Bell, Jacques Bertin, déjà administrateur depuis 1975, assume désormais la direction du Théâtre du Gymnase Marie Bell.

Depuis, le théâtre a accueilli Roman Polanski dans La métamorphose du cloporte, Michèle Bernier, Guy Montagné, Pierre Palmade, Jean-Marie Bigard, Laurent Baffie, Alex et Eric Métayer, Michel Sardou, Christian Clavier, Marie-Anne Chazel, Dany Boon, Dieudonné, Chevalier & Laspales, Pierre Maguelon, Roland Magdane, Sandy Masson, Mouss Diouf, Stéphanie Bataille, Stéphane Duprat, Alexis Macquart...

Avis du public : Gymnase Marie Bell

0 Avis

1 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Isabelle S. 03 décembre 2005

    Gymnase Marie Bell Je l'ai vue hier, vendredi 2 décembre 2005... Depuis la scène! La plus belle salle qu'il m'ait été donné de voir. Heureux artistes qui s'y produisent. Heureux spectateurs qui peuvent y voir des gens heureux. Merci Monsieur Coubes. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?