Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium

1
2
3
4
5

La Cartoucherie - Route du Champ de Manoeuvres, 75012 Paris



Bar

,

Cartoucherie

,

Librairie/boutique



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Orchestre Titanic jusqu'à 33% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium Paris | du 10 janvier au 05 février 2017 | Durée : 1h15
COMEDIE & BOULEVARD, Burlesque
RESERVER

À partir de 11 €

Métamorphoses jusqu'à 33% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium Paris | du 01 au 26 mars 2017
CLASSIQUE
RESERVER

À partir de 11 €

 

Anciennement à l’affiche

Richard III - Loyaulté me lie

1
2
3
4
5
  • 7 avis
Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium Paris | du 03 novembre au 03 décembre 2016 | Durée : 2 heures
CLASSIQUE, Clown, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 03 décembre 2016

 

Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium

Pour la saison 2014-2015, le tarif enfant concerne les moins de 18 ans.

Après des débuts universitaires vite remarqués, le collectif du Théâtre de l’Aquarium s’installe à la Cartoucherie en 1973, en nouveaux voisins du Théâtre du Soleil et du Théâtre de la Tempête, qui ont déjà investi ce site militaire désaffecté, en plein Bois de Vincennes. Pendant plusieurs mois, la troupe effectuera elle-même à la force du poignet des travaux impressionnants, transformant cette longue nef de 50 mètres en théâtre ouvert à de multiples possibilités scénographiques.

Fonctionnant en autogestion, le Théâtre de l'Aquarium est une fabrique où les oeuvres se créent collectivement (sous le regard du « synthétiseur » Jacques Nichet), réinventant de nouvelles relations entre le théâtre, le public et la société. Il n'est plus question de mettre les classiques à la portée de tous, ni même d’en proposer une « lecture » originale, mais de créer un théâtre nouveau, immédiat et visuel, en prise directe avec l’actualité, s’écrivant à partir de multiples improvisations nourries de documents, d’interviews et de longues enquêtes sur le terrain.

Gob ou le journal d'un homme normal, Ah Q, La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras, La soeur de Shakespeare, Pépé, figurent parmi les spectacles joués durant ces années 1970, fédérant un large public alors assoiffé de changement. Comme les autres théâtres de La cartoucherie, l'Aquarium fonctionne dans une grande précarité économique : si les subventions permettent bon an mal an de répéter et créer un spectacle, ce sont le seul succès public et les tournées qui décident de sa viabilité dans le temps. Ce théâtre se trouve toujours en position de simple survie : voilà une donne qui ne changera pas jusqu'à nos jours.

Durant les années 80, l'Aquarium évolue : Jean-Louis Benoit, Didier Bezace et Jacques Nichet signent tour à tour les spectacles, conçus très souvent en collaboration mais de moins en moins collectivement, et de plus en plus à partir de textes préexistants (souvent non théâtraux) : Flaubert, Un conseil de classe très ordinaire, Correspondance, Histoires de famille, Les heures blanches rythment cette période, riche en expériences originales et en succès publics. Peu à peu, le collectif militant des débuts perd de son évidence, et bon nombre des membres de la troupe choisissent d’aller réinventer ailleurs leur parcours artistique. Jacques Nichet quittera ainsi le Théâtre de l'Aquarium en 1986, pour aller diriger le Centre dramatique national de Montpellier (il sera ensuite à la tête du TNT de Toulouse, de 1998 à 2007).

Jean-Louis Benoit et Didier Bezace continuent à travailler côte à côte, ou du moins tour à tour : Benoit signe entre autres Le procès de Jeanne d’Arc, veuve de Mao Tsé Toung, La peau et les os, La nuit, la télévision et la guerre du Golfe, Les ratés, Les voeux du président, Une nuit à l’Élysée, Henry V, Conversation en Sicile, tandis que Bezace met en scène Héloïse et Abélard-Jours tranquilles en Champagne, Emmanuel et ses ombres - Le piège, Marguerite et le Président, La femme changée en renard, La noce chez les petits bourgeois et Grand peur et misère du Troisième Reich, Péreira prétend, etc.

Le Théâtre de l’Aquarium, durant ces années, accueille aussi très régulièrement des spectacles extérieurs ou créés in situ (comme ceux de Jean-Paul Wenzel, Jean-Louis Hourdin, Chantal Morel, Christian Schiaretti, Catherine Anne, Claude Yersin, Michel Dubois, Frédéric Bélier- Garcia…). Désireux à leur tour de voler de leurs propres ailes sous d’autres cieux, Didier Bezace prend la direction du Théâtre de la Commune (CDN d’Aubervilliers) en 1997, bientôt suivi par Jean-Louis Benoit, qui part à La Criée (CDN de Marseille) en 2001. Catherine Tasca, Ministre de la Culture, choisit alors Julie Brochen en janvier 2002 pour leur succéder au Théâtre de l’Aquarium.

Elle y met en scène notamment Oncle Vania, Le cadavre vivant, Hanjo, L’histoire vraie de la Périchole, L’Échange. Soucieuse d’ouvrir le lieu à d’autres disciplines et de développer les collaborations, Julie Brochen accueille notamment la poésie avec les soirées de l'Orphée Studio conçues par Claude Guerre et André Velter (en partenariat avec France Culture), la danse avec Carolyn Carlson (directrice de l’Atelier de Paris et du festival June Events), la marionnette avec le Théâtre du Fust, le clown avec Lucie Valon, etc. Julie Brochen est nommée à la tête du Théâtre National de Strasbourg en juillet 2008. Christine Albanel, Ministre de la Culture, choisit pour lui succéder François Rancillac, le 12 mars 2009 : encore un nouveau chapitre de l’histoire de l’Aquarium…

Pour mener cette nouvelle aventure, François Rancillac convie le metteur en scène Antoine Caubet, à devenir artiste associé au Théâtre de l’Aquarium.

Avis du public : Cartoucherie - Théâtre de l'Aquarium

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire