Actuellement à l’affiche : Bobino

Les Franglaises - Le viens-retour

1
2
3
4
5
  • 144 avis
Bobino Paris | du 14 septembre au 31 décembre 2016 | Durée : 1h40
MUSIQUE & DANSE, HUMOUR & CAFE THEATRE, A ne pas manquer, Ados, Coups de coeur, Familial, Molières 2015, Sélection Spectacle à partager, Théâtre musical
RESERVER

À partir de 26 €

Cirque Le Roux - The elephant in the room

1
2
3
4
5
  • 21 avis
Bobino Paris | du 28 septembre 2016 au 14 janvier 2017 | Durée : 1h40
MUSIQUE & DANSE, A ne pas manquer, Cirque, Coups de coeur, Sélection pour les fêtes
RESERVER

À partir de 23 €

 

Prochainement à l’affiche

Fary

1
2
3
4
5
  • 2 avis
Bobino Paris | le 13 février 2017
HUMOUR & CAFE THEATRE, Coups de coeur, One (wo)man show
RESERVER

À partir de 28,50 €

Jarry - Atypique

1
2
3
4
5
  • 17 avis
Bobino Paris | du 19 au 27 décembre 2016 | Durée : 1h10
HUMOUR & CAFE THEATRE, One (wo)man show
RESERVER

À partir de 22,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Mandrakes d'Or 2016

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Bobino Paris | le 17 octobre 2016
HUMOUR & CAFE THEATRE, Magie

Spectacle terminé depuis le 17 octobre 2016

 

Photos & vidéos

Bobino

  • Accueil du public

Le Bobino est une salle de spectacle de 850 places avec un orchestre et une mezzanine.

L'accès aux spectacles est interdit aux enfants de moins de 2 ans.

La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite, merci de le préciser avant votre commande au 01 40 13 84 65 (pour vérification des disponibilités). La salle est également équipée de WC adaptés aux personnes handicapées.

Le Bobino dispose d'un bar qui vous accueille avant et après les spectacles (horaires d'ouverture et de fermeture variables en fonction des représentations). Nombreuses possibilités de se restaurer à proximité du théâtre. L'équipe du Bobino vous recommande le bistrot de l’Echanson, le Backstage, le Manten et l'Absolut’Café.

La salle est climatisée et dispose d'un vestiaire dont les prix varient en fonction des spectacles.

Le retrait des places peut s'effectuer une heure avant le début de la représentation.

Dans ce théâtre, les ouvreurs sont rémunérés au pourboire.

  • Présentation et historique du lieu

Créé en 1813, Bobino est, à l’origine, implanté aux abords du Jardin du Luxembourg. Il accueille alors une troupe de saltimbanques dont un Clown-prestidigitateur surnommé Bobino (en argot : le farfelu).

Dans les années 1870, avec le grand projet d’urbanisation d’Haussmann, Bobino déménage et s’implante définitivement dans la rue de la Gaité. Fernand Strauss, alors directeur, inaugure une modeste salle de 200 places qui propose essentiellement des guinguettes et café-concerts.

En 1912, après de nombreux changements de direction, Montpreux , un impresario parisien, décide d’orienter la programmation vers la chanson (tout en continuant à proposer des classiques du Théâtre comme Le malade imaginaire).

Au fil des ans, de nombreux travaux sont réalisés (notamment sous la direction de Paul Fournel) et la salle s’agrandit. Des grands noms du music-hall se succèdent : Fernandel, Georgius, Yves Montant, Mouloudji…

Plus tard, Alcide Castille puis, son fils, Teddy Castille (également propriétaires de l’Européen) reprennent le flambeau. Bobino devient rapidement la principale salle de la rive gauche vouée à la chanson.

En 1958, Bruno Coquatrix et Felix Vitry s’associent et élargissent la programmation. Ils ouvrent leurs portes aux humoristes comme Raymond Devos et Fernand Raynaud. La scène de Bobino est aussi et surtout un vrai tremplin pour des débutants qui font rapidement leurs preuves : Dalida, Jacques Brel…

L’espace de deux ans, au début des années 1960, Pierre Guérin (alors directeur du cabaret La Tête de L’Art) assume la direction de Bobino. A l’affiche : Edith Piaf, Georges Brassens, Juliette Gréco…

Puis Felix Vitry, seul cette fois, reprend son poste en 1964. A sa mort en 1971, son fils, Gilles, lui succède pendant un an. La salle est transformée et rendue plus confortable. Elle peut recevoir 1100 spectateurs. Les triomphes s’enchaînent : Pierre Perret, Barbara, Jean Ferrat, Michel Sardou, Serge Lama, Léo Ferré, Serge Reggiani, Claude Nougaro…

C’est ensuite Jean Claude Dauzonne, l’ancien secrétaire de Félix Vitry, qui dirige Bobino. La programmation est toujours aussi riche : en 1975 Jospehine Baker y fête ses 50 ans de carrière et Coluche chante « Le Temps des cerises » tout en jouant d’un minuscule violon (les mains dans des gants de boxe), Georges Brassens tient des résidences durant de longues saisons (1972/73 puis 1976/77). Les humoristes Thierry Le Luron ou Guy Bedos côtoient les chanteurs Renaud et Pierre Perret (revenu fêter ses 25 ans de chansons).

Après de gros travaux, Philippe Bouvard réouvre la salle en 1991 sous le nom Studio Bobino. Différents espaces (dont salle de spectacle et studio d’enregistrement de télévision) permettent d’élargir la vocation de ce lieu : concerts, théâtre, spectacles, émissions télévisées… Parmi les grands succès : Yves Lecoq, Anne Roumanoff…

En 2007, Gérard Louvin décide de faire de Bobino un cabaret-restaurant lounge où l’on peut donc dîner devant des spectacles hauts en couleurs. Pour exemple, le show burlesque de La Clique a attiré les foules !

Pendant l’été 2010, Bobino ferme ses portes pendant quelques mois pour d’importants travaux de réaménagement, sous l’impulsion de son nouveau directeur : Jean Marc Dumontet.

Il donne à Bobino un vrai nouveau départ. Désormais la salle de spectacles peut accueillir plus de 800 spectateurs dans de confortables fauteuils de velours rouge.
Bobino renoue avec son histoire : la programmation mêle humoristes (Anthony Kavanagh, Chantal Ladesou), concerts (William Sheller) et spectacles musicaux (Bollywood, Voca People)…

Avis du public : Bobino

1 Avis

1 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(1)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    PATRICIA G. 11 août 2015

    soirée 21h45 le 8/08/2015 Très déçu de ne pas occuper les places réservées 50€ en mezzanine sous prétexte que la salle ne faisait pas le plein.... pas de place pour les jambes même à l'orchestre et visibilité réduite car pas de dénivelé... Personnel sans compassion, c'est comme çà point final.. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?