Wade in the water

1
2
3
4
5

Le Centquatre (104) , Paris

Du 13 au 24 décembre 2016
Durée : 1h15

MUSIQUE & DANSE

,

Coups de coeur

,

Danse contemporaine

,

Magie

,

Sélection pour les fêtes

La Compagnie 14 : 20, initiatrice du mouvement de la Magie nouvelle, crée avec le Théâtre National de Chaillot et au Centquatre une allégorie de la lutte, poétique et politique. Que traversons-nous lorsque s’annonce l’inéluctable ? Sur la musique vibrante d’Ibrahim Maalouf, les corps bravent la gravité, l’énigme et l’absolu. Immersion dans un sublime chant d’espoir et d’émotion magique.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 16,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Wade in the water

De

Clément Debailleul

,

Valentine Losseau

,

Ibrahim Maalouf

,

Raphaël Navarro

Chorégraphie

Aragorn Boulanger

Mise en scène

Clément Debailleul

,

Raphaël Navarro

Avec

Marco Bataille-Testu

,

Aragorn Boulanger

,

Ingrid Estarque

Tout public à partir de 12 ans. Certaines scènes sont susceptibles de heurter la sensibilité des plus jeunes. Le spectacle ne convient pas aux personnes sujettes à l'épilepsie.

  • Une mort annoncée

C’est le cheminement intérieur d’un homme. Nous traversons ses états, ses vertiges et nos illusions. Du déni à l’acceptation, insoumission et résignation submergent la réalité : la mort annoncée. Son voyage symbolique est celui de qui vit toute perte, de soi, de l’autre, du devenir ou de la liberté, que le naufrage soit intime ou sociétal. De la surface aux abysses, nous suivons cet homme auprès de ses proches, à la rencontre de l’inconnu.

Ellipse, apparition /disparition, vol humain, ubiquité : temps, espace et corps fragmentés troublent nos perceptions. La magie et la danse sont en interaction directe avec la lumière. La compagnie 14 : 20 déséquilibre les sens et détourne le réel. Contorsion entre abandon et résistance, la chorégraphie d’Aragorn Boulanger, remarquée dans leurs précédents spectacles, défie les lois de la physique et tend vers le surréel.

Wade in the Water est à l’origine un chant d’esclave mythique d’Amérique du Nord, un appel à la fraternité et à la libération. Il n’y avait qu’Ibrahim Maalouf pour puiser aux sources la puissance rythmique du negro spiritual. L’artiste avait désir de créer avec la compagnie 14 : 20 depuis leur rencontre et une collaboration scénique autour de l’album Illusions (2013). Clément Debailleul et Raphaël Navarro, venus à Chaillot en 2012 avec Vibrations, oeuvrent à faire émerger un sentiment magique, archaïque. Cet étrange état qui bouleverse la finitude lorsque le merveilleux survient.

Mélanie Jouen

  • Wade In The Water, mythique chant d'esclave


Wade In The Water illustre avec une beauté poignante la tension sociale et individuelle, entre insoumission et acceptation, abandon et libération.

Grand cycle allégorique, le nouveau spectacle de la compagnie 14 : 20 illustre cette lutte nécessaire à travers le parcours d’un homme confronté à l’expérience du deuil de soi. Une traversée magique d'états psychiques et sensoriels où vertiges, ubiquité, chutes et envols, nous conduisent jusqu'au seuil de l'intime étrangeté. Cet instant du passage de la mort constitue une énigme, un espace privilégié à proprement magique pour faire l’éloge de la question et du mystère. Sur une musique brûlante, le danseur Aragorn Boulanger compose une chorégraphie surréelle et déchirée entre l’énigmatique grâce de l’abandon et la nécessité de la résistance.

La dramaturgie de cette nouvelle création se fera au travers de deux prismes.

Théâtre d’images.
À travers des tableaux scéniques et narratifs, les spectateurs découvrent l’histoire du personnage à différents moments de cette épreuve dans son interaction avec ses proches.

L’espace mental.
Le cheminement intérieur du personnage central se dévoile au travers d’un jeu lumineux qui métamorphose perpétuellement l’espace scénique et exprime l’intimité du mourant et sa traversée psychique.

Le langage magique va permettre d’exprimer les différentes images mentales traversées par le personnage et de créer des situations aux propriétés physiques irréelles. Différents moyens techniques et magiques, vol humain, hologramme, interaction lumière en temps réel, vont être développés pour représenter cette temporalité discontinue, cette étrangeté qui s'invite au plus près de soi-même et révèle la friction extrême qui existe au seuil entre la vie et la mort.

Le spectacle se nourrira des travaux d’Elisabeth Kübler-Ross, psychiatre, connue pour sa théorisation des différents stades par lesquels passe une personne qui apprend sa mort prochaine. Ces 5 stades, déni, colère, marchandage, dépression, acceptation, constituent la colonne vertébrale du spectacle, l'axe de développement de chacun des différents tableaux, la trame de base dramaturgique.

Wade In The Water interroge donc ces zones de frottement, entre réalité et illusion, dans une dramaturgie plus narrative que les précédentes créations de la compagnie. Ce projet permet de poursuivre la démarche de la compagnie 14 : 20 qui cherche à affirmer la magie comme un langage autonome où le réel et son dépassement sont placés au centre des enjeux artistiques. Ce spectacle sans parole sera purement visuel et chorégraphique.

La magie propose un nouveau rapport au public dans la mesure où l’émotion magique fait voler en éclat le quatrième mur. Le détournement du réel dans le réel, c’est-à-dire dans l’espace de la scène, le temps présent et la perception du spectateur créent un moment partagé réel et pourtant transfiguré qui dépasse la représentation et propose une expérience et un contact avec le merveilleux dans l’expérience et le sentir.

Avis du public : Wade in the water

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment