Urfaust

1
2
3
4
5

Cartoucherie - Théâtre de la Tempête , Paris

Du 11 janvier au 05 février 2017
Durée : 1h55

CLASSIQUE

,

Tragédie

La combinaison du tragique et du bouffon, la compression explosive de la fable, la crudité du langage font de Urfaust aujourd’hui la version la plus intense du drame, la plus proche de notre sensibilité. « Un chef-d’oeuvre jeté sous la forme d’une esquisse admirable. »
Continuer la lecture

Spectacle terminé depuis le 05 février 2017

 

Photos & vidéos

Urfaust

De

Johann Wolfgang von Goethe

Mise en scène

Gilles Bouillon

Avec

Vincent Berger

,

Baptiste Chabauty

,

Frédéric Cherbœuf

,

Etienne Durot

,

Marie Kauffmann

,

Juliette Poissonnier

  • Un Faust remanié

Urfaust - ou Faust originaire, 1775 - est la matrice du Faust que nous connaissons, remanié et publié trente ans plus tard. Le manuscrit, miraculeusement conservé, n’a été retrouvé qu’en 1887. Cette oeuvre de jeunesse puise son inspiration dans la littérature populaire, dans le théâtre de foire et dans le fait divers : une jeune fille exécutée pour infanticide.

De l’ancienne légende du mage et du savant, Goethe délaisse la dimension folklorique : pas de pacte signé avec le sang, pas de sabbat des sorcières ; Méphisto n’est sans doute qu’un alter ego. Faust a soif d’autres connaissances et d’autres émotions : c’est un homme libre qui s’aveugle en cherchant « la vraie vie »… Il cristallise les fantasmes de possession d’une âme insatisfaite, et seul l’amour de Marguerite saura muer la volonté de puissance en connaissance du coeur avant de se fracasser tragiquement sur la violence de la société, et de mener à la folie.

La combinaison du tragique et du bouffon, la compression explosive de la fable, la crudité du langage font de Urfaust aujourd’hui la version la plus intense du drame, la plus proche de notre sensibilité. « Un chef-d’oeuvre jeté sous la forme d’une esquisse admirable. »

B. Brecht

Traduction Jean Lacoste et Jacques Le Rider (éditions Bartillat).

  • La presse

« Débarrassée de tout folklore, de prégnance surnaturelle et fantastique, ce Urfaust déploie toute sa complexe humanité, toute sa tragique cruauté, et ravive aussi une dimension de théâtre populaire, avec des scènes bouffonnes et impertinentes dans une veine shakespearienne. » Agnès Santi, La Terrasse, 13 janvier 2017

« Gilles Bouillon met en scène Urfaust, le Faust premier, daté de 1775. Une œuvre traduite par Jean Lacoste et Jacques Le Rider, et qui semble plus verte, plus vive, plus proche de nous. Les comédiens réunis sont tous sensibles et touchants. Et Goethe est grand ! » Armelle Héliot, Figaroscope

« Travail théâtral exemplaire, la réalisation de Gilles Bouillon épouse à la perfection le caractère primesaut de cette fable noire où l’on voit Faust encore jeune, las d’avoir déjà lu tous les livres et cornaqué par un Méphisto sarcastique, partir à la découverte sensuelle du monde. Gilles Bouillon mène ce théâtre d’apprentissage à son comble d’esthétique de rigueur dans un genre d’arène (scénographie Nathalie Holt) sous des lumières (Marc Delamèzière) d’entre chien et loup, avec une phalange de comédiens chacun à son poste – résolument convaincants. » Jean-Pierre Leonardini, L'Humanité

« L’œuvre est, dans son écriture, plus populaire que philosophique. Goethe se soucie de Dieu et du diable, mais il est dans le plaisir noir du conte. Il s’adresse aux gens humbles en même temps qu’aux érudits. Gilles Bouillon a pris le parti du livre d’images. Nathalie Holt a conçu un très beau décor à transformations. Ce Goethe mineur trouve, dans cette mise en lumière, des clartés majeures. » Gilles Costaz, Scène Web

  • Note d'intention

Faust, c’est l’homme debout, l’homme qui marche. Qui trébuche, qui erre, qui s’enfuit.

Il fuira aussi Marguerite, séduite, aimée puis abandonnée à une solitude tragique, détruite au terme d’un des plus beaux romans d’amour du théâtre. Ce Wanderer, trait d’union entre l’errant du romantisme et l’ombre du voyageur de Nietzsche, tombe parfois mais il ne cesse d’aller, de parcourir le monde, impatient d’expérimenter in vivo ce qu’il n’a étudié qu’in vitro, pressé de savoir, de pouvoir, de jouir.

Il court comme un rasoir ouvert toujours dans le mouvement et toujours dans l’action, se débattant dans l’arène des ténèbres ou sous la lumière crue d’un sarcastique théâtre des opérations. Disséqué, manipulé en surplomb par un Méphisto joueur, rieur, metteur en scène de toutes les fantasmagories, Faust reste le sujet et l’objet d’un pari entre le ciel et l’enfer. Urfaust, la géniale esquisse de Goethe, est un théâtre d’ombres et de lumières. Comme sur la scène des mystères médiévaux.

19 séquences, 19 tableaux, morcellent le temps et l’espace de la représentation, sans jamais ralentir la course effrénée dont la trajectoire va venir se fracasser dans l’obscurité qui baigne les dernières scènes. Jour sombre et noirceur d’un cachot où rougeoie l’une des plus belles proses de la littérature dramatique « le beau n’y est que le commencement du terrible ».

Gilles Bouillon

Avis du public : Urfaust

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment