Où je vais quand je ferme les yeux ?

1
2
3
4
5

Le Mouffetard - Théâtre des arts de la marionnette , Paris

Du 07 au 23 décembre 2016
Durée : 40 minutes

JEUNE PUBLIC

,

Coups de coeur

,

Marionnette

,

Maternelle

,

Primaire

,

Théâtre musical

Habiter sa maison, puis le monde, est un apprentissage, nous dit une conteuse habillée de mille couleurs. Avec des comptines rondes et légères, des silhouettes en papier translucide et des images de lumière qu'elle dessine en direct, cette bonne fée tisse un univers plein de douceur et de poésie. Dès 3 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 15,50 €,13,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Où je vais quand je ferme les yeux ?

Mise en scène

Sylvie Baillon

,

Jean Cagnard

,

Eric Goulouzelle

Avec

Luce Amoros

Dès 3 ans.

  • Songe en musique et en couleur

Être au chaud dans sa maison, comme c'est bon. Avoir un toit sur la tête et se sentir chez soi, comme c'est apaisant. Habiter sa maison, puis le monde, est un apprentissage, nous dit une conteuse habillée de mille couleurs. Elle chante l'histoire d'un petit garçon, ses journées et les songes qu'il fait la nuit. Avec des comptines rondes et légères, des silhouettes en papier translucide et des images de lumière qu'elle dessine en direct, cette bonne fée tisse un univers plein de douceur. Le tout est enveloppé d'une matière sonore aux nuances orientales et slaves, composée par Karine Dumont.

Assis sur de la laine moelleuse, tout près de la comédienne qui s'adresse à eux les yeux dans les yeux, les jeunes spectateurs sont invités à partir dans l'imaginaire. La metteuse en scène Sylvie Baillon signe avec son complice Éric Goulouzelle une oeuvre pour les tout-petits avec le même souci que lorsqu'elle fait des spectacles pour les adolescents : faire entendre des histoires qui fortifient le désir d'avancer dans la vie. Les mots de l'écrivain Jean Cagnard, emplis de métaphores poétiques, transmettent une gourmandise pour le verbe et une fantaisie presque surréaliste. Ils soulignent que la maison, château ou chalet, yourte ou igloo, est un abri qui aide à devenir grand. Pour quitter peu à peu le nid familial et s'aventurer vers le monde qui nous entoure.

En attendant, on peut toujours fermer les yeux et voyager...

Avis du public : Où je vais quand je ferme les yeux ?

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment