Le trésor d’Alcadada

1
2
3
4
5

Théo Théâtre , Paris

Du 05 octobre au 17 décembre 2016
Durée : 50 minutes

JEUNE PUBLIC

,

Marionnette

,

Maternelle

Roi tyrannique, princesse en mal d’amour, soldat amoureux. Ogre vorace. Un spectacle de marionnettes autour du courage. À partir de 3 ans.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 8 € au lieu de 11 €

Prix tous frais inclus


Promotions
 

Photos & vidéos

Le trésor d’Alcadada

De

Frédérique Gautier

Mise en scène

Frédérique Gautier

Avec

Frédérique Gautier

Résumé
Notes de mise en scène
Décor

Personnages

Marionnettes

Musique

Au royaume d’Alcadada, le roi Childefer veille jalousement sur son précieux trésor. Qu’y a t-il à l’intérieur du petit coffre ? Nul ne pourrait le dire ! L’essentiel est qu’il reste intact à l’abri des regards et que personne jamais ne soulève son couvercle.

Mais, soudain c’est la catastrophe ! Un cri retentit dans la nuit : on a volé le fameux trésor d’Alcadada ! Tout accuse l’ogre-géant Chifaim, qui habite au fin fond de la terrifiante forêt. Il faut récupérer le trésor. Le soldat Chitrouille, seul survivant de la grande armée se lance aussitôt dans l’aventure avec, s’il réussit sa mission, la promesse d’épouser la princesse Chystérique dont il est amoureux fou.

Sur son chemin, il va faire de bien mauvaises rencontres hautes en couleurs. D’abord une vieille bûcheronne roublarde et affamée qui va profiter de sa naïveté et lui faire croire qu’il est devenu invisible. Puis un minuscule animal très étrange nommé « Le chion » qui va finir par le piquer mortellement.

Mais heureusement, le destin veille sur Chitrouille : l’ermite de la forêt qui connaît le pouvoir des plantes arrive à point nommé pour le remettre sur pied et lui enseigner une chose très importante : ne compter que sur son propre courage...

Haut de page

Il s’agit d’un spectacle de marionnettes. Le pari est d’avoir fait appel à une seule comédienne pour manipuler à vue et sur table, 10 marionnettes différentes.
L’espace de jeu est donc une table d’environ 2 m tendue de tissu noir afin que toute l’attention aille aux marionnettes qui ont une très forte personnalité et que chaque élément de décor soit bien mis en valeur.

La lumière est un élément très important pour créer à elle seule l’ambiance de chaque tableau et pour tâcher de faire oublier la présence de la comédienne qui doit rester le plus neutre possible, tout en étant visible. Par exemple s’il y a interaction, ce sera toujours entre les marionnettes elles-mêmes et le public. Et non pas entre la comédienne et le public.

De même la création de la musique (et des ambiances sonores )est un élément très fort du spectacle. Elle a été conçue spécialement pour participer à donner le ton de la scène qui va se jouer et soutenir chaque événement.

Haut de page

En ce qui concerne le décor, le ton est à la sobriété, très peu d’éléments : dans le premier tableau le palais est représenté par une armoire portant les armoiries d’Alcadada et un trône sur lequel repose le trésor.

Quant à la forêt elle est représentée par un arbre que l’on déplace en fonction de l’avancée de l’action.

Le désir de sobriété, s’est imposé du fait qu’il s’agit d’emblée d’un royaume qui ne respire pas la joie de vivre puisque son roi est avare… et ne veut rien partager ni donner et donc il en a découlé ainsi une simplicité à la fois dans le décor et dans les costumes des marionnettes. Ce qui souligne d’autant plus l’envie de vivre des personnages et leur énergie vitale. Sous cette apparence très pauvre se dessine très nettement la rage de profiter des plaisirs de la vie.

Haut de page

Neuf personnages.
Childefer, un roi égoïste, avare, tyrannique, capricieux, qui ne tient pas ses promesses mais qui a le pouvoir.
Chystérique, sa fille la princesse qui rêve de rencontrer l’amour, son sauveur fou, son héros.
Chitrouille, l’anti-héros, le trouillard de service qui va apprendre à faire confiance en son destin et qui finalement va se révéler courageux.
Le garde, un pauvre soldat sous le joug du roi qui même mort la tête tranchée va continuer à obéir à son roi et raconter ce qu’il a vu avant d’être dévoré…
La bûcheronne, une roublarde, menteuse qui crève de faim et se moque de la naïveté de Chitrouille pour obtenir ce qu’elle veut.
Le chion, un animal, une femelle qui a peur pour ses petits et va tenter de défendre son nid comme elle peut… Elle n’est pas méchante mais utilise la seule arme qu’elle possède : son dard. Malheureusement Chitrouille ne comprend pas son langage d’autant plus qu’il se croit invisible.
Le vagabond une sorte de druide de mage d’ermite. Il va tout simplement sauver Chitrouille et tenter de lui ouvrir les yeux, lui donner la force de continuer sa mission.
L’oiseau, un messager de la forêt. Il parle dans la langue de Chitrouille mais Chitrouille ne comprend pasce qu’il dit. Il sert d’avertisseur. Il est là pour dire à Chitrouille qu’il n’est pas seul et qu’il doit chercher à comprendre pour arriver à accomplir sa mission.
L’ogre, un gentil géant qui a mal à la seule dent qui lui reste. Un bon gros qui n’est pas très évolué et qui une fois guéri devient très inoffensif.
Enfin la fée, qui n’est qu’une toute petite poupée qui tourne sur elle-même dans une boite à musique.

Haut de page

Les marionnettes ont été conçues pour la plupart (à part le chion qui est un simple gant en laine rouge) par Juliette Armagnac, une jeune illustratrice de 22 ans originaire d’Agen qui a obtenu entre autres une licence professionnelle dans les arts du spectacle à la Sorbonne nouvelle en 2003 et travaille actuellement sur l’illustration de livres pour enfants.

Elle a fabriqué les marionnettes en utilisant des matériaux de récupération. Elle a confectionné la plupart des têtes en découpant et sculptant la mousse d’un vieux matelas, puis elle a recouvert le tout d’une couche de latex.

Les tailles des marionnettes sont très variées. Il y en a des toutes petites comme la fée dans la boite à musique et des énormes comme la tête du géant chifaim en passant par des tailles intermédiaires allant par exemple de 30 cm pour le roi , 80 cm pour Chitrouille jusqu’à 1m pour Chystérique

Elle a aussi construit l’arbre qui représente la forêt en utilisant toujours la mousse de vieux matelas qu’elle a ensuite travaillé pour lui donner une forme inquiétante.

Haut de page

La musique a été conçue par Nathalie Fortin, une musicienne très sympathique d’origine canadienne qui n’en est pas à son premier coup d’essai.

La musique est très présente tout le long du spectacle elle ponctue ou annonce chaque tableau. Il y a aussi des effets sonores conçus en studio qui ont toute leur importance notamment la voix de l’ogre qui est la voix transformée de la comédienne.

Nathalie a su créer à partir du texte une musique originale qui accompagne et souligne les différents évènements de ce spectacle.

Haut de page

Avis du public : Le trésor d’Alcadada

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment