Le sourire d’Audrey Hepburn

Théâtre de l'Œuvre , Paris

Du 02 novembre 2016 au 08 janvier 2017
Durée : 1h10

CONTEMPORAIN

,

Biopic

,

Tête d'affiche

Isabelle Carré incarne Audrey Hepburn dans une mise en scène de Jérôme Kircher. Un portrait de la star hollywoodienne qui dévoile sa part méconnue, ses fantômes, sa fragilité et son exigence envers elle-même.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 21 € au lieu de 30,50 €

Prix tous frais inclus


Promotions
Promotions exclusives pour les adhérents
 

Le sourire d’Audrey Hepburn

De

Clémence Boulouque

Mise en scène

Jérôme Kircher

Avec

Isabelle Carré

  • Une Audrey Hepburn méconnue

Dublin 1964. Mel Ferrer, le mari d’Audrey Hepburn organise une rencontre entre la jeune femme et celui qu’elle n’a pas vu depuis près de trente ans, Joseph, son père, qui avait abandonné sa famille pour mieux embrasser ses idéologies fascistes et dont la trace s’est perdue dans le fracas de la seconde guerre mondiale.

Vacances Romaines, Sabrina, Diamants sur Canapé ont fait d’Audrey Hepburn l’une des icônes d’Hollywood mais en filigrane se dessine sa personne secrète et les pans de vie qu’elle a voulu sublimer : la mémoire de l’Occupation, une survie miraculeuse, une vocation contrariée de danseuse, des doutes et des fêlures qui ne rendent que plus inconditionnel son désir de donner et de vivre.

Au fil de sa voix intérieure, c’est une femme aussi fragile que volontaire, et terriblement exigeante envers elle-même, qui se fait jour, par delà les triomphes et les fantômes.

D’après le roman Un instant de grâce de Clémence Boulouque.

  • La presse

« Isabelle Carré ne cherche en rien à l’imiter. Elle quête la ressemblance intérieure, très bien dirigée par Jérôme Kircher. Cela donne un moment grave et lumineux, un moment de suspension du temps. (...) Isabelle Carré distille avec un art feutré les mots de la souffrance et de l’amour. C’est très simple et très beau. » Armelle Héliot, Le figaro, 16 novembre 2016

« Une heure dans l’intimité d’une femme que l'actrice fait revivre avec une belle élégance, dans un jeu tout en sensibilité et en finesse. » France Info, 19 novembre 2016

« Sur scène, Isabelle est presque immobile, dévolue au monologue. Elle ne bouge presque pas et pourtant toutes les émotions sont là. Réduite à l’essentiel, la mise en scène ne manque pas non plus de poésie. (...) Un monologue subtil et douloureux joué avec précision par une actrice au jeu délicat. » Elsa Pereira, Time Out, 10 novembre 2016

  • Notes d'intention

La genèse de cette pièce m’a souvent rappelé une phrase d’Audrey : « même le mot impossible s’épelle je suis possible. (« I’m possible » en anglais).

J’ai le souvenir d’un jour de novembre froid et ensoleillé de 1991 sur les Champs Elysées, à la sortie de Beau Fixe, où, aux côtés d’Elsa Zylberstein, dans le film de Christian Vincent, Isabelle Carré perçait l’écran et l’adolescence. Et, lors de la parution de mon roman, Un instant de grâce, en janvier dernier, j’ai été comblée en apprenant que nous partagerions un plateau de télévision, où elle était invitée pour évoquer L’influence des rayons gamma sur les marguerites. Le souvenir de l’émission reste avant tout celui d’une rencontre. Mais j’étais à Paris pour quelques jours seulement. Deux mois plus tard, j’ai reçu un message d’Isabelle qui, après la lecture de mon roman, me proposait d’en écrire une adaptation. Audrey. Isabelle – de ces sororités qui aident à grandir. Il m’a fallu du temps pour dompter l’appréhension d’écrire pour le théâtre, mais Isabelle m'a offert ses lectures et ses conseils.

J’avais fini les corrections d’Un instant de grâce quelques jours après le 13 Novembre, j'étais en train de travailler au monologue au moment de l'attentat de Nice – me demandant, à chaque fois, pourquoi, au milieu de tant d'horreur, écrire sur Audrey Hepburn. Et toujours me revient ce sentiment d’apaisement qu’offre la fréquentation d’Audrey : s’il existe certes un mystère du mal, pourquoi ne pas essayer de lui opposer celui de la bonté ? Et de la grâce. Cette intranquille façon de réparer la peine en commençant par l’accepter, d’essayer d’être en paix avec soi et le monde est aussi le motif et la conséquence de cette aura si particulière d’Audrey. Le philosophe Sénèque suggère que « C’est une grande grâce de pouvoir s’accepter soi-même, mais c’est une grâce suprême de pouvoir s’oublier. » Isabelle m’a toujours frappée comme étant de ces comédiennes qui savent et qui demandent à s’oublier. Je lui dois d’avoir écrit cette pièce. Et de conjuguer au présent le soleil d’un jour de novembre, il y a vingt-cinq ans.

Clémence Boulouque, auteur

J'aime les gens qui ont un mystère, chez qui, derrière l'élégance et le sourire, se cache un secret, une fêlure.

Comme tous les acteurs j'aime parfois essayer de deviner la nature de ce secret chez les gens.

Clémence Boulouque dévoile celui d'Audrey Hepburn, dans une écriture magnifique et pudique. Et j'aime Isabelle Carré, qui doit en cacher de beaux, des secrets, pour parvenir à rendre si bien nos émotions. Et celles d'une femme qui raconte -se raconte ?- les plus intimes de ses sensation, avec ce devoir de joie dont Audrey parle, qu'elle revendique. Pour comprendre et pardonner.

Jérôme Kircher, metteur en scène

Avis du public : Le sourire d’Audrey Hepburn

5 Avis

5 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(4)

Très bon


(0)

Bon


(1)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Sebastien L. 25 novembre 2016

    Un joli spectacle Isabelle Carré est magnifique, très crédible dans le rôle d'Audrey Hepburn. Sa diction est parfaite. L'adaptation du texte n'est pas totalement réussie néanmoins, avec les limites d'un seul en scène. »
    1 personne(s) sur 1 ont trouvé cet avis utile. Et Vous ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Thomas H. 22 novembre 2016

    Très belle prestation et d'une grande finesse d'interprétation. Un beau moment émouvant et chaleureux. »
    1 personne(s) sur 1 ont trouvé cet avis utile. Et Vous ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Frederic B. 20 novembre 2016

    Isabelle Carré incarne parfaitement Audrey Hepburn , belle et élégante. Seule sur scène elle nous livre avec naturel le beau texte de Clémence Boulouque, dans une une excellente prestation. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Anne B. 06 novembre 2016

    Le sourire d'Audrey Hepburn Pièce extraordinaire car actrice qui sert le texte et qui nous emporte. Texte ciselé pour le théâtre. Il faut le lire aussi. Mise en scène minimaliste mais efficace. Théâtre de toute beauté. »
    0 personne(s) sur 1 ont trouvé cet avis utile. Et Vous ?
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Dominique P. 05 novembre 2016

    un jeu d'actrice tout en émotion et délicatesse Isabelle Carré interprète seule avec délicatesse et sobriété ce texte qui semble avoir été écrit pour elle. Nous plongeons dans l'intimité d'Audrey Hepburn et découvrons sa fragilité suscitée par l'abandon d'un père fasciste au début de la seconde guerre mondiale. Le sourire d'Audrey c'est celui magnifique d'Isabelle. »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • Spectacles consultés récemment