Le quatrième mur

1
2
3
4
5

Le Tarmac , Paris

Du 01 au 04 mars 2017
Durée : 1h30

CONTEMPORAIN

Samuel, l’homme de théâtre, sur son lit d'hôpital, demande à son ami Georges de poursuivre son travail, une mise en scène de la pièce d'Anouilh à Beyrouth, avec des comédiens libanais de toutes confessions. Mais la guerre est là, qui rend l’entreprise encore plus difficile. Georges part cependant pour le Liban, en quête de comédiens afin que, pour un instant, ils prennent le masque et « jouent à la paix. » Un texte de Sorj Chalandon.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 18 €,13,50 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions exclusives pour les adhérents
 

Le quatrième mur

De

Sorj Chalandon

Mise en scène

Julien Bouffier

Avec

Diamand Abou

,

Nina Bouffier

,

Alex Jacob

,

Vanessa Liautey

,

Gabriel Yamine

« Tu vas monter Antigone... Tes personnages t'attendent, ils sont prêts. »

Samuel, l’homme de théâtre, sur son lit d'hôpital, demande ainsi à son ami Georges de poursuivre son travail, une mise en scène de la pièce d'Anouilh à Beyrouth, avec des comédiens libanais de toutes confessions. Mais la guerre est là, qui rend l’entreprise encore plus difficile, d’autant que nous sommes en septembre 82 et que les noms de Sabra et Chatila vont bientôt entrer dans l'histoire. Georges part cependant pour le Liban, en quête de comédiens afin que, pour un instant, ils prennent le masque et « jouent à la paix. »

« Jouer à la paix » et faire de la scène un lieu de compréhension et de refuge... Julien Bouffier a pris les personnages de Sorj Chalandon aux mots et rejoint, à son tour, le parti de la belle utopie, comme peuvent en suggérer les artistes, comme peut en susciter parfois la vie. Relever le pari, celui de Samuel, celui de Georges, celui de Sorj (à moins qu'ils ne soient les mêmes), tel est le défi de Julien Bouffier et de son quatuor, « deux couples, l'un français, l'autre libanais ; l'un constitué de musiciens, l'autre d'acteurs ; deux femmes, deux hommes. » Ainsi donc, et c'est une autre gageure, Georges sera une femme dans le choix du metteur en scène.

C'est aussi le défi du théâtre, soudain vécu comme un refuge, comme un instant apaisé, une parenthèse fraternelle et fragile dans la nuit des violences. Une invitation à passer ce « quatrième mur », cette « façade imaginaire » qui sépare les acteurs du public, qui protège le spectateur, cette « frontière » que le roman, prix Goncourt des lycéens en 2013, et aujourd'hui la pièce nous invitent à franchir...

« Nous portons des masques de tragédie. Ils nous permettent d’être ensemble. Si nous les enlevons, nous remettons aussi nos brassards, et c’est la guerre. »

Avis du public : Le quatrième mur

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment