Haendel - Rodelinda

1
2
3
4
5

Opéra Royal de Versailles , Versailles

Le 17 janvier 2017

MUSIQUE & DANSE

,

Concert

,

Musique classique

Lorsque Haendel présente son opéra Rodelinda en 1725, il est dans une période de création fastueuse qui vient de voir les triomphes de Giulio Cesare et Tamerlano. Rodelinda complète cette trilogie et connait un très grand succès. Un flot de beauté et de virtuosité emporte l'auditeur, encore fasciné aujourd'hui par une telle richesse musicale. Amoureux de la pyrotechnie baroque et des enivrantes mélodies haendeliennes, voici votre dû ! Version de concert.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 79,50 € au lieu de 93 €

Prix tous frais inclus


Promotions
 

Photos & vidéos

Haendel - Rodelinda

De

Georg Friedrich Haendel

Direction musicale

Maxim Emelyanychev

Avec

John Mark Ainsley

,

Romina Basso

,

David DQ Lee

,

Inga Kalna

,

Marie-Nicole Lemieux

,

Johannes Weisser

Version de concert.

Lorsque Haendel présente à Londres son opéra Rodelinda en 1725, il est dans une période de création fastueuse qui vient de voir les triomphes de Giulio Cesare (1723) et Tamerlano (1724). Rodelinda complète cette trilogie de chefs d'œuvre, et connait un très grand succès. Haendel est au sommet de son art et de sa maitrise de la scène londonienne, une décennie après son arrivée dans la capitale britannique.

Ses opéras italiens sont des événements attendus de tous, et ce nouvel opus satisfait pleinement le public : en plein Moyen-Age, la Reine de Lombardie Rodelinda doit défendre son trône contre l'usurpateur Grimoaldo en fidélité à son époux Bertarido en exil. Le retour de celui-ci déchaîne les complots et les passions, mais surtout un incroyable feu d'artifice d'airs somptueux, d'une verve musicale exceptionnelle, servie par les meilleurs chanteurs du temps. Si la splendide Inga Kalna incarne aujourd'hui le rôle de la Reine que Haendel avait composé pour Francesca Cuzzoni, c'est à Marie-Nicole Lemieux qu'échoit le rôle du castrat Senesino pour faire vivre l'exilé Bertarido, John Mark Ainsley reprenant celui du ténor Borosini (le vil Grimoaldo).

Un flot de beauté et de virtuosité emporte l'auditeur, encore fasciné aujourd'hui par une telle richesse musicale (pour un opéra composé en quelques semaines !). Amoureux de la pyrotechnie baroque et des enivrantes mélodies haendeliennes, voici votre dû !

Par Il Pomo d’Oro, dirigé par Maxim Emelyanychev.

Avis du public : Haendel - Rodelinda

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment