Eugène Onéguine

1
2
3
4
5

Opéra Bastille , Paris

Du 16 mai au 14 juin 2017
Durée : 3 heure avec un entracte

MUSIQUE & DANSE

,

En langue étrangère

,

Opéra

,

Russe

,

Sélection Fête des mères

,

Tête d'affiche

Inspiré du chef-d’œuvre de la littérature russe d'Alexandre Pouchkine, l’opéra composé par Tchaikovski dresse le portrait sublime d’un personnage abîmé par les mondanités. Classique du répertoire de l’Opéra national de Paris, la production épurée, mise en scène par Willy Decker, fait à nouveau souffler le vent de la musique romantique russe dans une distribution exceptionnelle, placée sous la direction d’Edward Gardner, avec Peter Mattei dans le rôle‑titre et Anna Netrebko en Tatiana (en alternance).
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 154,50 €

Prix tous frais inclus


 

Photos & vidéos

Eugène Onéguine

De

Constantin S. Chilovski

,

Petr-Ilitch Tchaïkovski

,

Petr-Ilitch Tchaïkovski

Chorégraphie

Athol Farmer

Mise en scène

Willy Decker

Direction musicale

Edward Gardner

Avec

Varduhi Abrahamyan

,

Vadim Artamonov

,

Olivier Ayault

,

Pavel Cernoch

,

Raul Giménez

,

Peter Mattei

,

Anna Netrebko

,

Hanna Schwarz

,

Grzegorz Staskiewicz

,

Alexander Tsymbalyuk

,

Arseny Yakovlev

,

Sonya Yoncheva

,

Elena Zaremba

En langue russe. Surtitrage en français et en anglais.

  • Scènes lyriques en trois actes et sept tableaux (1879)

« Et le bonheur était si proche… » Alexandre Pouchkine, Eugène Onéguine

En novembre 1836, Alexandre Pouchkine, irrité par la cour pressante que le lieutenant français Georges‑Charles de Heeckeren d’Anthès fait à sa femme la belle Natalia Nikolaïevna Gontcharova, le provoque en duel. Sous un ciel lourd de neige, le soir du 8 février 1837, le poète russe alors au sommet de sa gloire est atteint d’une balle qui lui coûte la vie.

Étrangement, la scène avait été contée par l’écrivain lui-même dans son roman en vers paru six ans plus tôt : Eugène Onéguine. Inspiré du chef-d’œuvre de la littérature russe, l’opéra composé par Tchaikovski dresse le portrait sublime – fait de sarcasmes et de commisération – d’un personnage abîmé par les mondanités, refusant l’amour par vanité, tuant son ami le poète Lenski par orgueil et passant le reste de ses jours dans le désespoir.

Classique du répertoire de l’Opéra national de Paris, la production épurée, mise en scène par Willy Decker, fait à nouveau souffler le vent de la musique romantique russe dans une distribution exceptionnelle, placée sous la direction d’Edward Gardner, avec Peter Mattei dans le rôle‑titre et Anna Netrebko en Tatiana.

avec l'Orchestre et les Choeurs de l’Opéra national de Paris.
Chef des Choeurs : José Luis Basso
Décors et Costumes : Wolfgang Gussmann
Lumières : Hans Toelstede
Distribution en alternance :
Tatiana par Anna Netrebko (en mai) ou Sonya Yoncheva (en juin)
Lenski par Pavel Černoch (en mai) ou Arseny Yakovlev (en juin)

Avis du public : Eugène Onéguine

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire

Spectacles consultés récemment