Erich von Stroheim

Théâtre du Rond-Point , Paris

Du 25 avril au 21 mai 2017
Durée : 1h30

CONTEMPORAIN

,

Tête d'affiche

Emmanuelle Béart est cette femme qui va droit au but. Elle veut un enfant. Autour d’elle, deux hommes, paumés. Stanislas Nordey met en scène les troubles tangibles d’individus fissurés qui cherchent réparation.
Continuer la lecture
RESERVER

À partir de 31,50 € au lieu de 42 € 21 € pour les adhérents

Prix tous frais inclus


Promotions
Promotions exclusives pour les adhérents
 

Photos & vidéos

Erich von Stroheim

De

Christophe Pellet

Mise en scène

Stanislas Nordey

Avec

Emmanuelle Béart

,

Victor de Oliveira

,

Thomas Gonzalez

,

Laurent Sauvage

« Cette histoire privée est celle de l'humanité. »

  • Troix voix

Elle sait ce qu’elle veut, elle n’est la victime de personne. Elle va droit au but. Elle a quarante ans, elle veut un enfant. Elle travaille. Très affairée, elle sait où elle va. Autour d’elle, deux hommes, plus ou moins paumés. L’un dit à l’autre : « Nous sommes interchangeables. » Elle dira d’eux qu’ils sont « des chiens ». Elle est à la fois Célimène et Arsinoé du Misanthrope, Nora la révoltée de Maison de poupée d’Ibsen. Mais elle est une femme libre. Et si « le couple égale un mort », elle veut que naisse, de la mort, un enfant. Erich von Stroheim n’a pas grand-chose à faire dans tout ça, il rôde en fantôme du monde extérieur.

Stanislas Nordey, fidèle au Rond-Point, a mis en scène et interprété My Secret Garden de Falk Richter et joué Clôture de l’amour, mis en scène par Pascal Rambert. De Christophe Pellet, il a interprété et dirigé en 2011 La Conférence, vision à l’acide de l’institution théâtrale et culturelle française. Auteur, réalisateur, Christophe Pellet a signé Loin de Corpus Christi ; En délicatesse  ; De passage, endormi ; Seul le feu  ; Soixante-trois regards...

Expérience scénique dangereuse, Erich von Stroheim s’inscrit dans leur parcours comme une nouvelle prise de risque. Trois voix, sans former un triangle amoureux, dessinent les traits d’une humanité décentrée. Troubles tangibles d’individus fissurés, qui cherchent réparation.

Victor de Oliveira remplace Laurent Sauvage les 25 et 26 avril et les 4, 5, 6, 10, 11, 12 et 13 mai 2017.

  • La presse

« Plus que jamais Nordey a mené un travail remarquable avec ses acteurs, qui jouent admirablement une partition difficile, une langue inconnue, qui travaille à la fois sur l’immédiateté des images et sur l’abstraction du langage. Tous trois l’incarnent avec force, cette langue et l’univers qu’elle porte, plus qu’ils n’incarnent des personnages au sens classique du terme. » Fabienne Darge, Le Monde, 2 février 2017

« Hommage à eux trois, vaillants magnifiques, Emmanuelle Béart et sa quête éperdue de l’anonymat, Thomas Gonzalez et son port de la nudité, et Laurent Sauvage, à la diction et présence si singulières. » Anne Diatkine, Libération, 13 février 2017

«  Scénographie, lumières, musique, tout fait sens, tout se déploie au service du texte, créant un formidable écrin pour les acteurs qui s'emparent de cet espace avec ardeur, avec fièvre. » Marie-José Sirach, L’humanité, 13 février 2017

Avis du public : Erich von Stroheim

1 Avis

1 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(1)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire
  • 1
    2
    3
    4
    5
    Par

    Elio S. 26 avril 2017

    Erich von Stroheim spectacle profondément ennuyeux, répétitif et creux. Je n'accuse pas les acteurs, que peuvent-ils faire avec un texte aussi nul? »
    Avez-vous trouvé cet avis utile ?
  • Spectacles consultés récemment