Valère Novarina

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Le vivier des noms jusqu'à 34% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre 71 Malakoff | du 18 au 26 janvier 2017 | Durée : 2h20
CONTEMPORAIN
RESERVER

À partir de 15,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Le Discours aux animaux

1
2
3
4
5
  • 1 avis
Bouffes du Nord Paris | du 05 au 20 février 2016 | Durée : 1 heure
CONTEMPORAIN

Spectacle terminé depuis le 20 février 2016

 

Valère Novarina

Biographie
Dramaturge

Metteur en scène
Principaux titres publiés chez P.O.L.
Dessinateur / peintre
Son site internet

Valère Novarina est né en 1947 à Chêne-Bougeries, de Manon Trolliet, comédienne, et de Maurice Novarina, architecte. Il passe son enfance et son adolescence à Thonon, sur la rive française du Léman. Son grand-père, Daniel Trolliet, lui donne le goût de l'agriculture et François Ducret celui de la philologie ; il découvre le théâtre par Jean Dasté ; Louis Moynat lui ouvre sa bibliothèque.

A Paris, il étudie à la Sorbonne, la philosophie et la philologie. Il lit Dante pendant une année et rédige un mémoire sur Antonin Artaud théoricien du théâtre. Il rend souvent visite à Roger Blin qui projette de mettre en scène l'un de ses textes. En compagnie de Jean Chappuis, il fait l'ascension du Mont Blanc, va de Thonon à Nice à pied et traverse la Corse.

Haut de page

Qu’ils soient destinés à l’espace de la page ou à cette autre espace qu’est la scène, ses textes, écrits sur le « théâtre du langage », mettent en scène « le drame de la parole ».

L'Atelier volant, sa première pièce, sera mis en scène par Jean-Pierre Sarrazac en 1974.
Falstafe, commande de Marcel Maréchal pour une libre adaptation des deux Henry IV de Shakespeare, qui sera montée au Théâtre National de Marseille en 1976.
Le Babil des classes dangereuses
- roman théâtral - est refusé par tous les éditeurs, jusqu'à ce que Jean-Noël Vuarnet le dépose chez Christian Bourgeois qui le publiera en 1978.
La Lutte des morts en 1979.
Le Drame de la vie
est publié par Paul Otchakovski-Laurens en 1984. C'est à cette époque que Valère Novarina rencontre Jean Dubuffet - et engage avec lui une correspondance par pneumatiques.

Haut de page

Le Drame de la vie, créé au Festival d'Avignon, repris au Festival d'Automne à Paris en 1986
Vous qui habitez le temps
, créé au Festival d'Avignon, repris au Festival d'Automne en 1989
Je suis, créé au Théâtre de la Bastille en 1991, dans le cadre du Festival d'Automne à Paris
La Chair de l'homme, créé en juillet 1995 au Festival d'Avignon
Le Jardin de reconnaissance créé en mars 1997 au Théâtre de l'Athénée à Paris
L'Origine rouge créé au Festival d'Avignon en 2000. Il a peint de grandes toiles pour chacun de ces spectacles.

Haut de page

Le Drame de la vie, 1984
Le Discours aux animaux, 1987
Théâtre (L'Atelier volant, Le Babil des classes dangereuses, Le Monologue d'Adramélech, La Lutte des morts, Falstafe), 1989
Le Théâtre de parole (Lettre aux acteurs, Le Drame dans la langue française, Le Théâtre des oreilles, Carnets, Impératifs, Pour Louis de Funès, Chaos, Notre parole, Ce dont on ne peut parler, c'est cela qu'il faut dire), 1989
Vous qui habitez le temps, 1989
Pendant la matière, 1991
La Chair de l’homme, 1995
Le Repas, 1996
Le Jardin de reconnaissance, 1997
L’Opérette imaginaire, 1998
Devant la parole, 1999
L’Origine rouge, 2000
L’Espace furieux, 2006
L’Acte inconnu, 2007

Haut de page

A partir des années 80, Valère Novarina a intensifié ses activités de dessinateur et de peintre. Il réalise ainsi plusieurs performances où il mêle les " actions " de dessin ou de peinture, le texte, et parfois la musique ou la vidéo.

A Paris, la Galerie de France a présenté trois expositions de Valère Novarina : 2587 dessins (1987) ; La Lumière nuit : peintures, dessins, installation de travaux sur palette graphique (1990) et 78 figures pauvres (février-mars 1994).

Le Musée Sainte-Croix à Poitiers a réuni au printemps 1996, un grand nombre de ses travaux dans une exposition-rétrospective intitulée L'Inquiétude rythmique. Un important ensemble de peintures et de dessins a été présenté en 1998 au Carré Saint Vincent à Orléans.

Haut de page

Avis du public : Valère Novarina

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire