Prochainement à l’affiche

Elvira (Elvire Jouvet 40) jusqu'à 13% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Athénée - Théâtre Louis Jouvet Paris | du 12 au 21 janvier 2017
CONTEMPORAIN, Biopic, En langue étrangère
RESERVER

À partir de 37,50 € , 32,50 € pour les adhérents

 

Anciennement à l’affiche

Le Voci di dentro

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Nest-CDN de Thionville-Lorraine Thionville | du 17 au 18 mars 2015 | Durée : 2 heures
COMEDIE & BOULEVARD, Burlesque, Comédie noire, Coups de coeur, En langue étrangère

Spectacle terminé depuis le 18 mars 2015

 

Photos & vidéos

Toni Servillo

Toni Servillo est né en 1959. Acteur et metteur en scène, il fonde en 1977 le Teatro Studio de Caserta, théâtre d’avant-garde, où il dirige et interprète, entre autres, Propaganda (1979), Norma (1982), Billy il bugiardo (1983), Guernica (1985).

En 1986, il commence à collaborer avec un autre groupe de recherche, Falso Movimento : il joue Ritorno ad Alphaville, mis en scène par Mario Martone et il met lui-même en scène E… à partir de textes de Eduardo De Filippo. En 1987, il figure parmi les fondateurs de Teatri Uniti, où il poursuit, en tant qu’acteur et metteur en scène, son travail sur le tissu poétique et dramaturgique de la langue théâtrale napolitaine avec des spectacles tels que Partitura (1988) et Rasoi (1991) de Enzo Moscato, Ha da passà a nuttata (1989) de Eduardo De Filippo, Zingari (1993) de Raffaele Viviani, et Sabato, domenica e lunedì (2002), transposition, plusieurs fois récompensée, d’un des chefs-d’œuvre d’Eduardo De Filippo. Avec Le Misanthrope (1995), Le Tartuffe (2000) de Molière, et Les Fausses confidences (1998) de Marivaux, dans la traduction de Cesare Garboli, il réalise un triptyque autour du grand théâtre français entre XVIIème et XVIIIème siècle.

Toni Servillo a par ailleurs mis en scène L'uomo dal fiore in bocca (1990/96) de Luigi Pirandello, Natura morta (1990) à partir des actes du XXIIIème Congrès du P.C.U.S., De Pirandello a Eduardo (1997), version lusitanienne de L'uomo dal fiore in bocca associé avec Sik Sik, l'artefice magico de Eduardo De Filippo au Teatro San Joao di Oporto. Avec Mimmo Paladino il a réalisé Iliade/Odissea (2001), lecture-mise en espace d’Homère.

Il a aussi joué dans Eliogabalo (1981), dirigé par Memè Perlini ; dans I Persiani (1990) et Edipo Re (2000) dirigés par Mario Martone ; dans l’opéra de Franco Battiato Il cavaliere ell'intelletto (1994) ; aux côtés de Mariangela Melato dans Tango barbaro (1995) dirigé par Elio De Capitani ; dans les rôles de Geppetto e de Mangiafuoco dans la transposition d’Andrea Renzi de Le avventure di Pinocchio (2001).

En 1999, il a fait ses débuts en tant que metteur en scène dans l’opéra La cosa rara de Martin y Soler à partir du livret de Lorenzo Da Ponte pour la Fenice di Venezia, où il a par la suite mis en scène Le Mariage de Figaro de Mozart en mai 2000. En 2001, il a réalisé Il marito disperato de Cimarosa pour le Teatro San Carlo de Napoli, ainsi que Boris Godunov de Moussorgski au Teatro Sao Carlos de Lisbonne, où en 2003 il a ensuite monté Ariadne auf Naxos de Richard Strauss. En décembre 2005, il inaugure la saison du Teatro San Carlo de Napoli avec une nouvelle mise en scène du Fidelio de Beethoven.

Parmi ses mises en scène les plus reputées, on peut citer Rasoi de Moscato, Samedi, dimanche et lundi de De Filippo, Tartuffe et Le Misanthrope de Molière, Les Fausses Confidences de Marivaux, la Trilogie de la villégiature de Goldoni, présenté à la MC93 en 2010.

Ses performances d’acteur ont été distinguées à plusieurs reprises : David di Donatello et Ruban d’argent du meilleur acteur pour Les Conséquences de l’amour de Paolo Sorrentino (2004) ; David di Donatello du meilleur acteur pour La Fille du lac d’Andrea Molaioli (2007) ; European Film award du meilleur acteur pour Gomorra de Matteo Garrone et Il Divo de Sorrentino.

Dernièrement, il est apparu au cinéma dans La Belle endormie de Marco Bellocchio (2012), Mon père va me tuer de Daniele Ciprì (2012), Vive la liberté
de Roberto Andò (2013) et La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino, sélectionné au Festival de Cannes.

Avis du public : Toni Servillo

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire