Actuellement à l’affiche : Samuel Beckett

Premier amour jusqu'à 50% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre Darius Milhaud Paris | du 28 septembre 2016 au 21 juin 2017 | Durée : 1h30
CONTEMPORAIN, PLACES DU JOUR A MOITIE PRIX
RESERVER

À partir de 10 € au lieu de 20 €

 

Prochainement à l’affiche

Premier amour jusqu'à 50% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre Darius Milhaud Paris | du 28 septembre 2016 au 21 juin 2017 | Durée : 1h30
CONTEMPORAIN, PLACES DU JOUR A MOITIE PRIX
RESERVER

À partir de 10 € au lieu de 20 €

En attendant Godot jusqu'à 40% de réduction

1
2
3
4
5
  • 3 avis
Essaïon Paris | du 20 avril au 11 juin 2017 | Durée : 1h50
CONTEMPORAIN
RESERVER

À partir de 13,50 € au lieu de 22,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Premier amour

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre Darius Milhaud Paris | du 19 novembre 2015 au 25 juillet 2016 | Durée : 1h30
CONTEMPORAIN

Spectacle terminé depuis le 25 juillet 2016

 

Samuel Beckett

  • Biographie

Samuel Beckett est né à Dublin le 13 avril 1906. Issu d’une famille protestante, il étudie le français au Trinity College de Dublin.

En 1928, il est nommé lecteur d’anglais à l’École Normale Supérieure de Paris, et fait la connaissance de James Joyce, dont il traduit en 1930 Anna Livia Plurabelle. De 1931 à 1937, il effectue de nombreux voyages, résidant tantôt en France, tantôt en Angleterre, mais à partir de 1938, il se fixe définitivement à Paris.

Jusqu’à la guerre, Beckett écrit ses livres en anglais. Après 1945, il commence à traduire ses ouvrages antérieurs - et notamment Murphy - en français, et à écrire des poèmes et des nouvelles dans cette langue. En 1953, En attendant Godot est représenté à Paris dans une mise en scène de Roger Blin. La pièce connaît immédiatement un immense succès. De 1956 à 1960, il réécrit en langue maternelle avec Tous ceux qui tombent, La dernière Bande et Oh les beaux jours.

Beckett acquiert alors une réputation croissante qui conduit en 1969 à l’attribution du prix Nobel de littérature. Il est mort à Paris le 22 décembre 1989.

  • Portrait à plusieurs voix

Beckett et la tolérance
 " Il n'avait la dénégation de rien. Il n’avait aucune arrogance, il n'était au-dessus de rien. Il ne trouvait rien nul ( ... ) Il avait le sens de la nécessité de tout de la limitation de tout. " Ludovic Janvier

Beckett et la langue
 " Le choix du français a correspondu au désir de se rapprocher du presque rien : éviter les privilèges et les prestiges du beau parleur cesser d'être le poète, ne plus poser dans la langue, refuser cet exhibitionnisme inévitable du grand écrivain. " Ludovic Janvier

 " C'était ma chance d'être plus pauvre. " Samuel Beckett

 " Toute langue, sitôt mûre, se laisse dépasser, autrement dit, sitôt alignée sur sa provocation, elle s'éclipse. Je prêche pour la possibilité de l'absence de style en français, la communication pure. " Sarnuel Beckett

Beckett et la voix
 " Tout passait par la mise en bouche, comme pour un acteur. La vocalité était pour lui la garantie du sujet écrivant, l'ancrage du texte dans un rythme physique qui était celui d'une voix. " Ludovic Janvier

 " Ce qui l'intéressait, c'était plutôt l'engagement existentiel du comédien dans le travail. Dans la voix il était sensible moins à la tessiture qu'à la souplesse, la fluidité, la rapidité : une voix hypertechnique. " Ludovic Janvier

Beckett et l'exil
 " Toute son œuvre est à la recherche d'un nouveau lieu, elle confectionne du lieu et s'écarte de l'ancien lieu, elle quitte son ancien monde ,qui porte la marque de la déchirure, non pas nostalgique mais existentielle. Il n'y ci pas d'Irlande de Beckett. Il y a un départ d'un certain lieu appelé Irlande et l'invention d'un autre lieu qui a des réminiscences d'Irlande, mais qui est un peu mythique, personnel, qui n'est pas une référence géographique, nostalgique, régressive. " Ludovic Janvier

Beckett et l'œuvre
 " ( ... ) Beckett, c'est autre chose. C'est quelqu'un qui a construit sur le rien, une œuvre solide, forte, évidente. Non pas un écrivain désespérant, mais revigorant, au contraire, un écrivain dont l'écriture, la matière écrite est constamment précise, savoureuse, drôle, et dont les constructions s'imposent d'une façon indiscutable bien que bâties sur le rien, en somme l'écrivain tel que le rêvait Flaubert. " Alain Robbe Grillet

 " On tiendrait l'œuvre pour moralement pessimiste, si on négligeait le fait que, sans paradoxe, le personnage triomphe moralement en ce que nous tenons socialement pour un échec. " Jean Roudaut

Beckett et l'art, ou le conflit entre l'impossibilité et la nécessité
 " Je parle d'un art qui s'en détourne avec dégoût, las de ses maigres exploits, las de prétendre pouvoir, las de pouvoir, las d’accomplir un tantinet mieux la même sempiternelle chose, las de faire quelques petits pas de plus sur une route morne. "  Samuel Beckett

 " L'expression du fait qu'il n'y a rien à exprimer, rien avec quoi exprimer, rien à partir de quoi exprimer, aucun pouvoir d'exprimer, aucun désir d'exprimer et, tout à la fois, l'obligation d'exprimer. " Samuel Beckett

 " Rêve d'un cul qui n'éprouverait aucun ressentiment à l'égard de sa propre indigence insurmontable et qui serait trop fier pour s'adonner à cette farce du donnant, donnant. " Samuel Beckett

Avis du public : Samuel Beckett

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire