Prosper Mérimée

1
2
3
4
5



+ d’infos

Anciennement à l’affiche

Le Carrosse du Saint-Sacrement

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Comédie Saint-Michel Paris | du 06 octobre au 02 décembre 2016 | Durée : 1h10
CLASSIQUE

Spectacle terminé depuis le 02 décembre 2016

 

Prosper Mérimée

  • Un ambassadeur du romantisme

Sous le masque d’une femme, la comédienne Clara Gazul, Mérimée entre dans le siècle romantique comme l'auteur d’une œuvre théâtrale remarquée par ses contemporains.

Né de parents voltairiens, anticléricaux, il grandit dans un milieu d’artistes, c’est un adolescent cultivé qui a soif de tout connaître, il est l’héritier de la pensée encyclopédique du XVIIIème siècle. Son père lui apprend le dessin, l’aquarelle, l’art du portrait ; ce qui lui servira (pour prendre en relevé les fresques de Saint-Savin entre autres...) quand il occupera, au gouvernement, le tout nouveau poste d’inspecteur général des Monuments Historiques.

Mais avant d’être un savant archéologue qui parcourt la France (Violet le Duc sera l’un de ses assistants), il produit, dès 22 ans, l’essentiel de son œuvre dramatique où se développent les principes romantiques : refus des règles, recours aux sources étrangères, penchant très vif pour le bizarre, le fantastique, l’anormal, etc.

Après un voyage en Espagne, qui marque profondément sa sensibilité et qui va influencer le cours de sa vie (il connaîtra la future impératrice de France après une rencontre faite dans une diligence) il poursuit sa carrière d’écrivain et compose l’essentiel de son œuvre littéraire, il n’a que 28 ans.

Sa carrière de haut fonctionnaire va ralentir sa production littéraire : il se consacre à son travail d’historien. Il écrit, d’après des notes prises au cours de ses tournées, des ouvrages d’érudit : Voyage dans le midi de la France, dans l’ouest de la France, en Auvergne...

Il abandonne pendant vingt ans son œuvre dramatique mais poursuit néanmoins son travail d’écriture avec de courts romans. Il trouve peu à peu la forme narrative où il excelle, l’expression parfaite de son tempérament littéraire. Récits d’amour et de mort, univers fantastiques et passions déchaînées, il porte l’art de la nouvelle à sa perfection.

Dans ces récits qu’il mène avec une concision éclatante et une grande maîtrise stylistique, la terreur naît du réalisme le plus précis et la froideur du ton ajoute à la puissance évocatrice de l’atmosphère tragique ; sans oublier un humour inattendu et constant à tous ses écrits.

Homme couvert de femmes, plus que libertin avec certaines, amoureux fou et "archiromanesque" avec d’autres, il eut pour amis Stendhal et Tourguéniev. Libéral dans sa jeunesse, et libéral avec passion, il devint conservateur avec le temps, courtisan et confident à la cour de Napoléon III.

Sa devise, "souviens-toi de te méfier" témoigne d’une extrême sensibilité refoulée sous le masque de l’indifférence et, sous une apparence de froideur cynique, ce dandy, épris de tout ce qui touchait à l’Angleterre, disait pourtant : "Pour moi j’ai le malheur de croire que quand il fait beau, il ne pleuvra jamais."

Avis du public : Prosper Mérimée

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire