Prochainement à l’affiche

La beauté intérieure jusqu'à 25% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre de Gennevilliers (T2G) Gennevilliers | du 08 au 17 mars 2017
MUSIQUE & DANSE, Musique classique
RESERVER

À partir de 26,50 € , 20 € pour les adhérents

Pelléas et Mélisande jusqu'à 40% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Cartoucherie - Théâtre de l'Epée de Bois Paris | du 12 janvier au 05 février 2017 | Durée : 2 heures
CONTEMPORAIN, Marionnette, Théâtre musical
RESERVER

À partir de 13,50 €

 

Anciennement à l’affiche

On n'arrête pas le théâtre - Edition 2016

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Etoile du Nord Paris | du 03 juin au 03 juillet 2016
CONTEMPORAIN, Comédie sentimentale, Festival, Opéra

Spectacle terminé depuis le 03 juillet 2016

 

Maurice Maeterlinck

Maurice Maeterlinck (Gand, le 29 août 1862 - Nice, le 6 mai 1949)

Biographie
Chronologie

Poète, dramaturge, entomologiste, philosophe, le Gantois Maurice Maeterlinck fut le seul écrivain de Belgique à obtenir, en 1911, le prix Nobel de littérature.

Sa collaboration à des revues d'avant-garde l'amène à interrompre sa carrière d'avocat. En 1889, la publication d'un recueil de poèmes, les Serres chaudes, montre sa prédilection pour le mélange d'éléments décadents et symboliques, créant une atmosphère féerique métaphysique. Cette atmosphère caractérise toute son œuvre. Il incarne aujourd'hui le symbolisme belge.

Sa pièce de théâtre La Princesse Maleine (1889) lui vaut un article enthousiaste d'Octave Mirbeau dans le Figaro et lui attire l'appréciation du public.

Les œuvres se succèdent : L'Intruse (1890), Les Aveugles (1890), Pelléas et Mélisande (1892), que Debussy utilise comme livret pour son opéra du même nom, Alladines et Palomides (1894), Intérieur (1894), La Mort de Tintagiles (1894), et Aglavaine et Sélysette (1896).

Après Douze chansons (1896), suivent Ariane et Barbe-Bleue (1901), Monna Vanna (1902), Sœur Béatrice (1904), Le Miracle de Saint-Antoine (1904), L'Oiseau bleu (1908), Marie Magdeleine (1909) et d'autres pièces moins importantes.

Elles se font de plus en plus rares à mesure que l'intérêt de Maeterlinck pour le théâtre s'atténue. Il se consacre toujours davantage à l'écriture d'essais philosophiques et scientifiques aux tendances métaphysiques et métapsychiques. Ainsi La Vie des abeilles (1901), dont la vente a connu le succès dans le monde entier, L'Intelligence des fleurs (1907), L'Hôte inconnu (1917), puis La Vie des termites (1926) et La Vie des fourmis (1930). Après son exil aux Etats-Unis pendant la seconde guerre mondiale, il publie un dernier ouvrage biographique, Bulles bleues.

La réputation de Maurice Maeterlinck fut universelle, ses pièces triomphèrent à Londres comme à Moscou, les États-Unis l'accueillirent en chef d'État, et le roi Albert lui conféra le titre de comte. Puis vint le purgatoire des artistes, durant les années qui suivirent sa mort, à quatre-vingt-sept ans, dans son château niçois d'Orlamonde. On cessa de le rééditer, de jouer son théâtre, et les splendeurs de son domaine funéraire disparurent symboliquement sous la pioche des promoteurs immobiliers.

Aujourd'hui, un retour à Maeterlinck s'amorce, révélant à beaucoup les charmes vénéneux de ses vers et ses dialogues allusifs entrecoupés de silences, qui préludent, à un demi-siècle de distance, aux angoisses hallucinées des personnages de Beckett.

Haut de page

1862 : Maurice Maeterlinck naît à Gand dans une riche famille bourgeoise, catholique, conservatrice et francophone. Aîné d’une famille de trois enfants.
1883 : Publication de son premier poème Dans les joncs dans la revue La Jeune Belgique.
1886 : Rencontre Villiers de l’Isle-Adam : « Ma vie a deux versants, avant, après Villiers. D’un côté l’ombre, de l’autre la lumière ».
1888 : S’inscrit à l’Ordre des Avocats.
1889 : Publication de Serres chaudes (poésie). Publication de La Princesse Maleine (théâtre), saluée par Emile Verhaeren et recommandée par Stéphane Mallarmé à Octave Mirbeau.

1890 : Article retentissant de Mirbeau dans Le Figaro sur La Princesse Maleine, qui provoque un engouement des troupes parisiennes pour Maeterlinck.
1891 : Traduit le Livre XII des Béguines et L’Ornement des noces spirituelles de Ruysbroeck l’Admirable. Création de L’Intruse et de Les Aveugles (1890) par Paul Fort. Refuse le Prix Triennal de Littérature Dramatique décerné par l’Académie Royale de Belgique.
1893 : Rencontre Paul Verlaine. Création de Pelléas et Mélisande (1892) par Lugné-Poe.
1894 : Traduit et adapte ‘Tis a pity she’s a wore de John Ford. Publication de Trois Petits Drames pour marionnettes : Alladine et Palomides/Intérieur/La Mort de Tintagiles (théâtre).
1895 : Rencontre Georgette Leblanc, cantatrice française. Création de Intérieur (théâtre, 1890) par Lugné-Poe. Traduit Les Disciples à Saïs et Fragments de Novalis.
1896 : Publication de Le Trésor des humbles (essai). Création de Aglavaine et Sélysette (théâtre) par Lugné-Poe. Publication de Douze Chansons (poésie).
1898 : Publication de La Sagesse et la Destinée (essai).

1900 : Traduit Macbeth de Shakespeare.
1901 : Publication de La Vie des abeilles (essai). Querelles avec Claude Debussy concernant l’interprète de Mélisande. Apprend à conduire une automobile.
1902 : Création de l’opéra Pelléas et Mélisande de Debussy. Création de Monna Vanna (théâtre) par Lugné-Poe.
1905 : Publie un article contre le gouvernement belge, « le plus rétrograde, le plus ennemi des idées de justice qui subsistât en Europe, la Russie et la Turquie dûment exceptées ».
1907 : Paul Dukas met en musique Ariane et Barbe-Bleue (théâtre, 1901). Publication de L’Intelligence des fleurs (essai). Installation à Saint-Wandrille en Normandie dans une abbaye bénédictine abandonnée.
1908 : Création de L’Oiseau bleu (théâtre) par Constantin Stanislavski au Théâtre d’Art de Moscou.

1910 : Refuse de se faire naturaliser français pour entrer à l’Académie française.
1911 : Rencontre Renée Dahon, actrice française. Reçoit le Prix Nobel de littérature.
1913 : Apporte son soutien intellectuel et financier à une grève socialiste en faveur du suffrage universel en Belgique.
1914 : Est mis à l’Index. Refusé par l’armée, il donne des conférences en Europe pour faire partager la cause des Alliés.
1918 : Rupture avec Georgette Leblanc.
1919 : Mariage avec Renée Dahon. Séjour aux Etats-Unis.

1920 : Refuse d’être désigné membre fondateur de l’Académie royale de langue et littérature françaises.
1921 : Signe le manifeste contre la flamandisation de l’Université de Gand jusqu’alors francophone.
1926 : Publication de La Vie des termites (essai).

1930 : Publication de La Vie des fourmis (essai).
1931 : Installation à Nice dans la villa baptisée Orlamonde.
1932 : Anobli par le roi Albert, Maeterlinck devient comte.
1937 : Entre à l’Institut de France.
1939 : Exil aux Etats-Unis.

1947 : Retour en France.
1949 : Maurice Maeterlinck meurt à Orlamonde.

Haut de page

Avis du public : Maurice Maeterlinck

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire