Marquis de Sade

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Le vent se lève (Les idiots / irrécupérables ?) jusqu'à 18% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre 13 - Seine Paris | du 29 mars au 02 avril 2017 | Durée : 2h30 sans entracte
CONTEMPORAIN
RESERVER

À partir de 19 € , 15,50 € pour les adhérents

 

Anciennement à l’affiche

Sade 2.0, des monstres et des saints

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Déchargeurs Paris | du 24 janvier au 06 mars 2012 | Durée : 1 heure
CONTEMPORAIN

Spectacle terminé depuis le 06 mars 2012

 

Marquis de Sade

  • “Débauche outrée” et premiers séjours en prisons

Donatien Alphonse François, marquis de Sade est né dans une vieille famille aristocratique. Entré à 14 ans dans une école militaire, il revient à Paris en 1763 comme capitaine. Il montre, en fréquentant les actrices et les courtisanes son goût pour la luxure, qui lui vaut, l’année même et peu de temps après son mariage, un premier séjour en prison pour “débauche outrée”.

Après une seconde incarcération de six mois en 1768 pour flagellation, il est accusé en 1772 d’empoisonnement pour avoir rendu malade une prostituée à qui il avait fait prendre des dragées aphrodisiaques. Il est condamné à mort par contumace. Arrêté, puis évadé, il est finalement repris et, sous le coup d’une lettre de cachet, incarcéré successivement à Vincennes, à la Bastille et à Charenton. C’est pendant cette longue période d’emprisonnement que Donatien Alphonse François de Sade commence à écrire pour dissiper son ennui. Il est libéré en 1790 par la Révolution comme toutes les victimes de lettres de cachet.

  • L’internement à Charenton

Pendant la Révolution, ses deux fils émigrent, sa femme obtient la séparation du fait de ses violences conjugales. Ses biens en Provence ayant été pillés, sans ressources, le Marquis de Sade essaie de faire jouer ses pièces de théâtre pour pouvoir survivre. Bien qu’ayant milité dans une section révolutionnaire de quartier, il est condamné à mort en 1793. Il échappe à la guillotine à cause d’une erreur administrative. Il vit alors modestement de ses publications. Il est arrêté en 1801 à cause de ses écrits outrageux et de leur violence pornographique et interné par décision administrative à l’asile de fous de Charenton. Bien que totalement lucide et malgré ses protestations, il va y rester jusqu’à sa mort. Il aura passé 30 années en prison.

  • Entre philosophie et pornographie

Maîtrisant parfaitement la langue française, le Marquis de Sade alterne dans ses ouvrages les scènes pornographiques souvent extrêmes et les dissertations philosophiques. Dans Dialogue entre un prêtre et un moribond (1782), il affirme un athéisme absolu et ne laissera plus passer une occasion de l’afficher dans ses écrits. Ce n’est qu’à partir du milieu de XXe siècle que son œuvre, longtemps interdite et diabolisée, sera redécouverte et réhabilitée. Elle n’est plus lue sous le seul angle superficiel du “sadisme” et de la pornographie, mais sous sa fonction libératrice en s’attaquant aux hypocrisies de la société et à la pensée dominante. Le marquis de Sade défend les vices au nom de la nature, en en faisant apparaître les contradictions. Son imagination souvent outrancière est perçue comme le désir de libérer l’homme de ses contraintes. Il peut être considéré comme l’un des grands écrivains français et un philosophe qui va jusqu’au bout de ses pensées et aux limites de leurs conséquences logiques.

Avis du public : Marquis de Sade

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire