Jean-Claude Gallotta

1
2
3
4
5



+ d’infos

Prochainement à l’affiche

Jean-Claude Gallotta et Olivia Ruiz - Volver

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Chaillot - Théâtre National de la Danse Paris | du 06 au 21 octobre 2016 | Durée : 1h20
MUSIQUE & DANSE, Comédie musicale, Sélection Evénement, Tête d'affiche
RESERVER

À partir de 39 €

Jean-Claude Gallotta - My Rock jusqu'à 17% de réduction

1
2
3
4
5
  • 4 avis
Théâtre Romain Rolland Villejuif | le 19 mai 2017
MUSIQUE & DANSE, Coups de coeur, Danse contemporaine, Pop, rock & folk
RESERVER

À partir de 13,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Jean-Claude Gallotta - L'Étranger

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre des Abbesses Paris | du 23 février au 05 mars 2016 | Durée : 1 heure
MUSIQUE & DANSE, Danse contemporaine

Spectacle terminé depuis le 05 mars 2016

 

Photos & vidéos

Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta est danseur et chorégraphe.

Venu des Beaux-Arts, Jean-Claude Gallotta expérimentait déjà à Grenoble des spectacles « éclatés », faisant intervenir comédiens, musiciens, danseurs et plasticiens. Après un séjour à New York en 1978, il découvre notamment le travail de Merce Cunningham et sa liberté de construire l’espace, le temps et les mouvements de sa danse. Au retour, avec Mathilde Altaraz, il fonde le Groupe Emile Dubois, qui s’insère en 1981 dans la Maison de la culture de Grenoble, comme cellule de création chorégraphique. C’est là que vont naître toutes ses premières œuvres, Ulysse, Daphnis é Chloé, Hommage à Yves P., Les Louves et Pandora, Mammame, Docteur Labus

Avec ces pièces, et devenu Centre chorégraphique national, le Groupe Emile Dubois commence à tourner dans le monde entier, notamment au Japon, aux Etats-Unis, au Canada.

De 1986 à 1988, à Grenoble, Jean-Claude Gallotta devient le premier chorégraphe nommé à la tête d’une Maison de la culture, rebaptisée le Cargo.

Après une dizaine de collaborations audiovisuelles, notamment avec Claude Mouriéras et Raoul Ruiz, Jean-Claude Gallotta réalise son premier long métrage : Rei Dom – La Légende des Kreuls en 1989 ; puis son second, L’Amour en deux, en 1991.

Une collaboration soutenue s’est construite avec le Japon, à l’invitation du metteur en scène Tadashi Suzuki : de 1997 à 2000, Jean-Claude Gallotta a conduit le département de la danse du nouvel ensemble culturel Shizuoka Performing Arts Center, formant et dirigeant une compagnie permanente de huit interprètes japonais.

Pour le Ballet de l’Opéra de Paris, Jean-Claude Gallotta a créé Les Variations d’Ulysse, présentées à l’Opéra Bastille en 1995, et reprises en 1998. Il y a également créé Nosferatu en mai 2002 sur une musique de Pascal Dusapin, ballet qui sera repris au printemps 2006 à l’Opéra Bastille.

En 1999, il crée Presque Don Quichotte à l’Hippodrome de Douai, une pièce présentée également à Shizuoka, Japon. En 2000, L’Incessante, solo pour Mathilde Altaraz, au Festival d’Avignon dans le cadre du Vif du sujet. En 2001, Les Larmes de Marco Polopour la Biennale internationale de Lyon. En 2002, 99 duos au Théâtre National de Chaillot, premier volet d’une trilogie sur les Gens. En 2003, Trois générations, pièce qui rassemble des enfants, des anciens danseurs et les interprètes de la compagnie.

Auteur d’une cinquantaine de chorégraphies, il travaille aujourd’hui avec sa compagnie dans le nouveau studio de la MC2 : Maison de la culture de Grenoble, où il crée en 2004 My Rock puis en 2005 avec le metteur en scène Hans-Peter Cloos, un spectacle mariant la danse, le théâtre et la musique, Les Sept Péchés capitaux de Bertolt Brecht et Kurt Weill.

Sa dernière pièce, troisième volet de la trilogie, s’intitule D es Gens qui dansent. Elle a été créée en mars 2006 à la MC2 puis reprise, au Théâtre National de Chaillot en 2006, date à laquelle il crée également à Bamako, avec le metteur en scène Moïse Touré, 2147, l’Afrique, un spectacle danse-théâtre-musique.

Avis du public : Jean-Claude Gallotta

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire