Actuellement à l’affiche : Guy de Maupassant

Le Horla jusqu'à 58% de réduction

1
2
3
4
5
  • 2 avis
Feux de la rampe Paris | du 16 octobre au 18 décembre 2016 | Durée : 1h15
CLASSIQUE, Coups de coeur
RESERVER

À partir de 11 € au lieu de 26,50 €

La paix du ménage jusqu'à 51% de réduction

1
2
3
4
5
  • 1 avis
Essaïon Paris | du 09 novembre 2016 au 18 janvier 2017 | Durée : 1h10
CLASSIQUE, PLACES DE DEMAIN A MOITIE PRIX, Vaudeville
RESERVER

À partir de 11 € au lieu de 22,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Le Horla

1
2
3
4
5
  • 2 avis
Le Funambule Montmartre Paris | du 05 mars au 19 juin 2016 | Durée : 1h15
CLASSIQUE, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 19 juin 2016

 

Guy de Maupassant

Maupassant, conteur (1850-1893)
Maupassant, écrivain Normand
Maupassant, peintre des " filles "
Ses principaux romans
Les chroniques
Les correspondances
La poésie et des récits de voyages
Maupassant et le Naturalisme
Flaubert " le maître, le vrai maître "
Maupassant et les femmes
Maupassant et le Théâtre

Maupassant, conteur (1850-1893)

Maupassant, conteur : ... quelques 300 contes et nouvelles. Il faut savoir que l’immense majorité des contes et nouvelles de Maupassant ont été écrits d’abord pour les journaux. Ces quelques 300 contes mêlent des thèmes et des registres divers : Ils vont de la farce au tragique, du gracieux au grossier, du salace au fantastique ...

Parmi les principaux thèmes abordés, notons ( par ordre alphabétique) :

- l’adultère :  l’attente , Une ruse , Au bord du lit , Sauvée ",  le verrou  ...
- l’Afrique : Allouma  ...
- l’amour : Berthe , Clair de Lune  .. ;
- le diable : le diable 
- Dieu : L’inutile beauté
- Le double : Fini, sur l’eau, ..
- l’eau : Les dimanches d’un bourgeois de Paris, la femme de Paul...
- l’enfance : les champs d’oliviers, la confession
- le Fantastique : l’homme de Mars, la main écorchée, la morte ...
- La force : Conflits pour rire ...
- la femme : un échec, une aventure parisienne, la revanche, L’inutile beauté, boule de suif, les tombales, Marroco....
- la fille séduite : Ce cochon de Morin
- la Folie : le Horla
- l’enfantement : un fils
- l’héritage : le Legs
- la jalousie : Yvette, la Confession, L’inutile beauté...
- les jeunes filles : Yvette, Histoire d’une fille de ferme, Une veuve, une portée de campagne ...
- La Justice
 : Au bois, l’assassin, le condamné à mort ...
- la maladie : la peur, Voyage de santé
- le mariage
 : la dot, le moyen de Roger
- la mort : un duel, l’aveugle...
- la Normandie
 : L’aveu, Boule de Suif, Joseph, Un réveillon, Toine, Souvenirs ...
- la paysannerie
 : boitelle, miss Harriet, le père amable, Toine...
- la prostitution : Boule de suif, Mademoiselle Fifi, le port ...
- la religion : la relique, le lit...
- La violence, le sadisme : l’ivrogne, le noyé, une vendetta ...
- la seine : deux amis, Mademoiselle Cocotte, Au printemps, Yvette ...
- le sucide : sur l’eau, Suicides ...
- la vielle fille : miss Harriet
- la vieillesse : Adrien, le vieux ...
- le viol : la petite roque
- le voyage : voyage de noces...

Cette richesse de thèmes abordés va donner à l’œuvre de Maupassant un effet de diversité, de contraste, de rupture parfois. Mais à chaque fois, on retrouve - quel que soit le thème développé - un sens aigu de l’observation, apte à rendre compte des multiples et divergentes facettes de la réalité.

Maupassant, écrivain Normand

La Normandie est omniprésente dans son œuvre. Près d’une centaine de contes et nouvelles ainsi que deux romans (" Une Vie ", " Pierre et Jean ") lui empruntent décors, personnages et patois. Il y décrit notamment la vie dans les campagnes normandes et les moeurs de sa province natale. Il décline les charmes de la Normandie, mais aussi l’envers du décor : la misère et le vice.

Maupassant, peintre des " filles "

Maupassant n’a jamais cessé, à partir de " boule de suif " (1881) de mettre en scène " les filles " (filles de joie, demoiselles de petite vertu et femmes galantes). Il nous fait connaître leurs moeurs et leurs comportements particuliers. A ce titre, le thème de " la fille " présente un intérêt documentaire, voire sociologique. Il prend aussi - dans certaines nouvelles - une dimension fantastique (" l’inconnue ", " le port ", " les Tombales ").

Enfin, le thème de " la fille " permet à Maupassant de ridiculiser, de stigmatiser certains comportements de la société bourgeoise (" ... ces prétendues valeurs au nom desquelles les moralistes jettent l’opprobre sur ces " créatures " qu’ils méprisent, sans toujours les valoir ...").

Ses principaux romans

- Une vie (1883)

Il s’agit de l’histoire d’une femme " depuis l’heure ou s’éveille son cœur jusqu'à sa mort ". Le récit se déroule à travers les yeux de cette femme " Jeanne ", sauf le meurtre de Julien -son mari- et Gilberte -la maîtresse de celui-ci-, que l’on vit à travers la conscience du meurtrier (le mari de Gilberte).

Il s’agit du premier roman de Maupassant. C’est un roman Normand : les paysans et le climat de la Normandie, étroitement liés aux sentiments, à la psychologie de l’héroïne, jouent un rôle essentiel. L’influence de Flaubert est importante (" Madame Bovary " et " Un cœur simple ").

Mais on retrouve aussi des thèmes spécifiques à Maupassant, tel celui de l’eau fascinatrice comme métaphore de la féminité et celui du bâtard (que l’on retrouve aussi dans de nombreux contes).

Quelques autres repères thématiques : L’adultère, l’angoisse et l’argent , l’eau, l'échec sentimental, l’éducation des jeunes filles, l’enfantement et la procréation, la folie, le mariage, la nature, la religion, la vieillesse

Parmi les lieux décrits :

- les lieux réels : en Normandie : Etretat, Rouen, Yport notamment, en Corse : Ajaccio, Bastia

- Les lieux imaginaires : Batteville (ou Jeanne habite), Verneuil, Etouvent, Les trois mares

L’accueil de la presse fut dans l’ensemble positif :

Maupassant : " je suis enchanté :  " Une Vie " marche à merveille. Rien ne pouvait me donner plus de satisfaction que ce succès ".

- Bel Ami ( 1885)

Second roman composé en 3 ans. Maupassant place au centre d’une vaste fresque sociale (les milieux étroitement imbriqués de la presse et des affaires) un personnage de journaliste sans talent et sans scrupules ; mais qui - animé par un irrésistible désir de réussite - parvient (grâce aux femmes qu’il séduit par son physique avantageux) au succès, à la richesse et au pouvoir. On sent l’influence de Zola :

Maupassant : " J’ai voulu simplement raconter la vie d’un aventurier pareil à tous ceux que nous côtoyons chaque jour dans Paris, et qu’on rencontre dans toutes les professions existantes (...) il n’a aucun talent. C’est par les femmes qu’il y arrive (...) C’est aux femmes qu’il devra son avenir.

Le titre Bel Ami ne l’indique t’il pas assez ? Donc, devenu journaliste, par hasard, par le hasard d’une rencontre (...) il s’est servi de la presse comme un voleur se sert d’une échelle. "

Quelques repères thématiques : l’arrivisme (Duroy, dit Bel Ami), les affaires, la vie Parisienne, les femmes.

Le cadre du roman :
Lieux cités : Paris (VIII, IX, VII arrondissements, pour l’essentiel) , environs de Paris : La terrasse de Saint Germain
Le midi : Golfe de Juan
La Normandie : Les environs de Rouen où habitent les parents de Duroy.
Les milieux décrits : la petite bourgeoisie, la vie des employés de bureaux, le milieu de la presse et des journaux à scandale ...

- Pierre et Jean (1888)

Les Roland ont deux fils, Pierre et Jean qui ont réussi brillamment leurs études. Ils songent à s’établir. Or, le notaire vient annoncer qu’un ancien ami de la famille, Léon Maréchal, décédé, a institué Jean son légataire universel. Pierre va suspecter son frère d’être le fils naturel de Léon Maréchal.

Cette suspicion se transforme en obsession. Pierre va exercer sur sa mère une véritable torture morale de tous les instants. Elle va finir par avouer à Jean la vérité. Jean renonce au patrimoine et Pierre décide de partir comme médecin sur un transatlantique.

Ce 4ième roman marque une charnière dans l’œuvre romanesque de Guy de Maupassant. Notamment en raison de la préface qui accompagne le roman. L’action est dépouillée, le nombre de personnages limité. Les péripéties sont toutes intérieures et le ressort est un ressort essentiellement psychologique. L’essentiel se déroule en monologues intérieurs. Le milieu décrit est bourgeois, étroit et fermé avec pour décor la Normandie. " Pierre et Jean " possède -comme diront certains- l’intensité de ses meilleures nouvelles.

Quelques thèmes développés : l’adultère (Mme Roland et Léon maréchal), l’argent, le fils bâtard (Jean), l’emprise sociale face à la sincérité du cœur, la mer et la Normandie, la fratrie
Parmi les lieux décrits : Le Havre, sa rade, le café Tortoni, Saint Jonin à 30 km au nord du Havre, Trouville et les roches noires.

" Pierre et Jean est fort remarquable et décèle un bien rigoureux talent. Ce n’est pas un pur roman naturaliste. Maupassant a traité ce sujet ingrat avec la sûreté d’un talent qui se possède pleinement. Force, souplesse, mesure, rien ne manque plus à ce conteur robuste et magistral (...)Quand à la langue de M. de Maupassant, je me contenterai de dire que c’est du vrai français, ne sachant donner une plus belle louange. " Anatole France

Parmi les autres romans, citons : Mont Oriol ( 1887 ), Fort comme la mort ( 1889 ), Notre cœur ( 1890 )

Les chroniques

Maupassant apparaît comme l’un des plus grands chroniqueurs de la fin du XIXème siècle.

Il a d’abord publié ses articles dans des revues secondaires naturalistes (entre 1876-1880), puis après le succès de " Boule de suif ", dans des journaux importants : le Gaulois, Le Gil Blas, Le Figaro, L’Echo de Paris

Maupassant choisit des éléments significatifs, anecdotiques et humains, qui témoignent de son époque. Maupassant y livre son goût, ses indignations, ses ambitions et dénonce la façon de penser et de vivre de la classe bourgeoise.

Dans sa " Préface aux chroniques de G. de Maupassant" (éditions 10/18 - 3 tomes), Hubert Juin écrit :

"  Maupassant a horreur de diverses choses : la guerre, le colonialisme mal compris, le mariage, l’éducation des enfants et des adolescents, le socialisme et toutes les idées égalitaires, la banque et la bourse ".

A travers ses chroniques, Maupassant se fait aussi critique littéraire et artistique, et donne une large place à ses impressions de voyage. Enfin, l’on retrouve, dans " les chroniques ", les obsessions fondamentales de sa vie et de son œuvre : l’eau, la femme, la terreur de la mort.

Les correspondances

Maupassant développera une correspondance conséquente, notamment avec sa mère et ses amis : G. Flaubert, E. Zola, E. de Gongourt, I. Tourgueniev. Il correspondra aussi avec son valet : François Tassart.

Maupassant eut aussi 2 aventures épistolaires, l’une en 1884 avec Marie Bashkintoff, l’autre en 1891 avec Melle L. Bogdanoff. Il a alors 41 ans Dans une lettre qu’il adresse à cette dernière le 10 Novembre 1891, il révèle certains aspects de son caractère :

Mademoiselle,

cette lettre est la dernière que vous recevrez de moi. Je vois qu’un monde nous sépare et que vous ignorez absolument ce qu’est un homme uniquement occupé de son métier et de la science moderne et dédaigneux absolument de toutes les balivernes de la vie (...)

Je tiens ma vie tellement secrète que personne ne la connaît. Je suis un désabusé, un solitaire et un sauvage (...)

Personne ne sait rien de moi. Je passe à Paris pour une créature ignorée, liée seulement avec quelques savants, car j’adore la science, et avec quelques artistes que j’admire, ami de quelques femmes les plus intelligentes peut-être qui soient au monde, mais dans les mêmes idées que moi, c’est à dire vivant dans une espèce de dédain de la vie et du monde, qui nous fait regarder avec curiosité, en restant étranger à tout ce qu’on aime (...).

J’ai refusé deux fois la légion d’honneur et l’an dernier, l’Académie, pour être libre de toute attache et de toute reconnaissance, pour ne tenir à rien au monde qu’au travail (...)

Je vis presque toujours sur mon Yacht pour n’avoir de communication avec personne. Je ne vais à Paris que pour regarder vivre les autres et y prendre des documents ".

Les lettres de Guy de Maupassant ont été réunies et annotées dans " Correspondances de Maupassant ", (éditions Dominique Wapler, 1951)

La poésie et des récits de voyages

Maupassant a aussi écrit des poèmes ; son œuvre poétique est une œuvre de jeunesse écrite entre 15 et 30 ans. Il les soumettait au jugement de ceux qu’il appelait " ses maîtres " : Bouilhet, Flaubert.

Voir Au bord de l’eau (226 vers), vénus rustique (506 alexandrins)

Récits de voyages : l’eau (1888), Au soleil (1884), La vie errante (1890). Ces trois recueils reprennent les articles et récits écrits par Maupassant lors de ses voyages.

Maupassant et le Naturalisme

Maupassant appartient à la génération naturaliste. Il participe notamment au recueil des soirées de Médan chez Zola. Il rejette le romantisme et est attaché à la quête du vrai et au respect du réel.

Maupassant ne se considérera jamais comme un écrivain naturaliste et gardera toujours ses distances vis à vis de Zola.

Dans la préface de " Pierre et Jean " Maupassant prend ses distances par rapport aux écrivains naturalistes. Ainsi, il préfère parler d ‘une " illusion complète du vrai ", de réalisme illusionniste que d’une conception naturaliste du réel.

On peut considérer, en parcourant son œuvre, que Maupassant a élaboré une forme personnelle de réalisme, ayant pour objectif non pas de " copier la réalité " mais de " faire vrai ". Il préfère la vraisemblance à la réalité ; ainsi les lieux sont réels, les personnages appartiennent à un type social reconnaissable. On note chez maupassant " un effet de réel " bien plus qu’une " description de la réalité ; (voir Bel Ami ou Mont Oriol)

 

Flaubert " le maître, le vrai maître "

L’influence de Gustave Flaubert sur Guy de Maupassant sera énorme, tant au niveau artistique qu’au niveau humain. Ainsi, c’est grâce à Flaubert que Maudissant, dés son arrivée à Paris, entre en contact avec le milieu littéraire. Il y rencontre Daudet, Taine, Tourgueniev, Zola ...

Sous l’influence de Flaubert, il se consacre de plus en plus à la prose ; Flaubert -" le maître " - l’associe à son propre travail, le charge de faire des recherches pour " L’Education Sentimentale " ou pour " Bouvard et Pécuchet " .

Cette " formation " sera bénéfique à Maupassant : il découvrira, en travaillant pour Flaubert, la valeur de la documentation rigoureuse, de l’observation minutieuse des faits, des êtres, aussi insignifiants qu’ils puissent paraître.

Par Flaubert, il apprend aussi à se méfier des modèles et des influences, comprenant que l’essentiel, pour un écrivain, est d’être " personnel ".

Pendant 7 ans, je fis des vers, je fis des contes, je fis des nouvelles, je fis même un drame détestable. Il n’en n’est rien resté. Le maître lisait tout, puis les dimanches suivants en déjeunant, développait ses critiques et enfonçait en moi peu à peu, deux ou trois principes qui sont le résumé de ses longs et patients enseignements . Si on a une originalité, disait-il, il faut avant tout la dégager. Si on n’en a pas, il faut en acquérir une ".

Flaubert va donc véritablement conseiller et former Maupassant. il l’exhortera à tout sacrifier pour la seule cause de l’art.

Après la mort de Flaubert, en 1880, Maupassant écrira : " Chaque fois qu’il me semble avoir oublié mon métier, je relis ses livres. C’est le maître, le vrai maître  "

Flaubert et Maupassant deviendront amis et confidents. Flaubert interviendra en faveur de Maupassant, pour lui trouver des emplois, défendre ses intérêts, solliciter les journaux .. etc.

Parmi les autres relations importantes qui ont jalonné la vie de Maupassant, citons, entre autres  :
- Louis Bouilhet (1822-1869), poète et auteur dramatique, un autre " père spirituel ".
- Huysmans (1848-1907), écrivain.
- Yvan Tourgueniev (1818-1883) romancier Russe et dramaturge (leurs conceptions littéraires sont proches)
- Réné Maizeroy (1856-1918) écrivain, très lié à Maupassant.
- Zola (1840-1902) Romancier, qui influence l’œuvre de Maupassant.

Maupassant et les femmes

" Couvert de femmes ", Maupassant ignore l’amour sentiment, rejette le mariage, ne cessant de prôner le célibat, les liaisons passagères et se déclarant contre l’enfantement et contre toute autre notion d’attachement qui pourrait créer quelques liens de dépendance.

" J’ai peur de la plus petite chaîne, qu’elle viennent d’une idée ou d’une femme. "
" Rien dans la vie ne semble plus attristant et plus pénible que ces liaisons de longue durée "

Guy de Maupassant
Préface de " Celles qui osent " de Maizeroy

Parmi ses maîtresses, citons les 3 plus connues :
- Gisèle d’Estoc : " L’androgyne ", peintre, sculpteur, journaliste et romancière
- La comtesse Potochka : " la femme fatale ", une Italienne au nom Polonais.
- Marie Kahn : " la dame en gris ", Juive Russe immigrée.
" Je n’ai pas eu, de toute ma vie, une apparence d’amour, bien que j’ai simulé souvent ce sentiment que je n’éprouverai sans doute jamais ". (1881 - Lettre à Gisèle d’Estoc)

Maupassant et le Théâtre

Maupassant s’essayera souvent au théâtre, sans succès, malgré un talent certain.
Pièces écrites :
- La trahison de la comtesse de Rhune (1875) - drame historique en 3 actes, jamais joué de son vivant).
- Une répétition (comédie en 1 acte - 1876)
C’est très, très gentil (...) C’est amusant, fin, de bonne compagnie, charmant " G. Flaubert
- L’histoire du vieux temps (1879-comédie en 1 acte et en vers)
- La Musotte (drame en 3 actes - 1891)
l’œuvre nous apporte un grand don d’observation, une conception nette de la vie, une peinture exacte du milieu et de l ‘analyse du sentiment dans un dialogue vibrant de clarté et d’éloquence simple "   critique d’Albert Woelf (le figaro - 5 Mars 1891)
- La Paix du Ménage (1893 - pièce en 2 actes). Maupassant s’inspire ici de deux de ses nouvelles " Au bord du lit ", " Les étrennes " . "  Je crois que Maupassant, s’il eut vécu, aurait pris un jour possession du théâtre, car le dialogue chez lui est très scénique et sa langue de théâtre, très ferme, très robuste, et qui passe par dessus la rampe ". Francisque Sarcey (" le temps " - 13 Mars 1893)

Avis du public : Guy de Maupassant

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire