Prochainement à l’affiche

Quel petit vélo... ? jusqu'à 27% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Espace culturel André Malraux au Kremlin-Bicêtre Le Kremlin-Bicêtre | le 02 février 2017
CONTEMPORAIN, Pièce historique
RESERVER

À partir de 10 €

 

Anciennement à l’affiche

Espèces d’espaces

1
2
3
4
5
  • 2 avis
Artistic Théâtre Paris | du 10 mars au 26 avril 2015
CONTEMPORAIN, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 26 avril 2015

 

Georges Perec

  • Un auteur inclassable

Georges Perec naît à Paris le 7 mars 1936 dans une famille d’origine polonaise. Sa jeunesse va être fauchée avec la mort de son père au front, la déportation de sa mère et de plusieurs membres de sa famille dans les camps. Ce déchirement est au cœur de sa vocation d’écrivain. Puisqu’il est seul, il va créer son propre monde au travers de la littérature. Parlant de ses parents, il dit : J’écris parce qu’ils ont laissé en moi leur marque indélébile et que la trace en est l’écriture ; l’écriture est le souvenir de leur mort et l’affirmation de ma vie. Après des études intermittentes, il rédige dès 1955 des notes pour la Nouvelle N.R.F. et des critiques pour Les Lettres nouvelles.

Sa carrière de romancier débute véritablement en 1965, date à laquelle il publie Les Choses, salué dès sa sortie comme un chef d’œuvre qui lui vaut le prix Renaudot. Dès lors il enchaîne avec une production aussi éclectique que talentueuse : des romans dont les plus célèbres sont La disparition (1969) et La Vie mode d’emploi (prix Médicis 1978) ; des recueils de poésie, des pièces de théâtre, des livres plus ou moins autobiographiques, tels W ou le souvenir d’enfance (1975), La boutique obscure, Je me souviens. La Disparition est l’une de ses œuvres les plus marquantes puisque rédigée sans la lettre "e". Perec fut membre du mouvement Oulipo à partir de 1967, (Ouvroir de littérature potentielle) qui utilise des contraintes et des formules mathématiques pour écrire.

À partir de 1974, Georges Perec entame une riche activité de cinéaste avec la réalisation de Un homme qui dort, adapté de son roman et qui reçoit le prix Jean Vigo, la même année. Si l’on cherche à rapprocher l’œuvre de Georges Perec de quelque autre écrivain, l’entreprise s’avère impossible tant son style est inclassable. L’auteur italien Italo Calvino écrit de lui : (c’est) l’une des personnalités littéraires les plus singulières au monde au point de ne ressembler absolument à personne.

Lorsque Perec meurt le 3 mars 1982, lui, l’enfant des déchirements de l’histoire, L’Histoire avec sa grande hache, écrivait-il, il laisse une œuvre magistrale qui fera l’objet d’innombrables études, thèses, donnera lieu à la tenue de séminaires, manifestations publiques, émissions de radio ou de télévision, sans compter les Cahiers Georges Perec publiés par l’association Georges Perec.

Avis du public : Georges Perec

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire