Blaise Cendrars

1
2
3
4
5



+ d’infos

Anciennement à l’affiche

L'or

1
2
3
4
5
  • 5 avis
Théâtre 14 Paris | du 06 septembre au 22 octobre 2016 | Durée : 1h40
CONTEMPORAIN, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 22 octobre 2016

 

Blaise Cendrars

Une vie de voyages
Son oeuvre littéraire

  • Une vie de voyages

En ce temps-là, j'étais en mon adolescence
J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance
J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance
J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares
Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours
Car mon adolescence était si ardente et si folle
Que mon coeur tour à tour brûlait comme le temple d'Ephèse ou comme la Place Rouge de Moscou quand le soleil se couche.
(Le Transibérien)

Frédéric-Louis Sauser, futur Blaise Cendrars, né en 1887 en Suisse, gardera toute sa vie la passion des voyages.

A Naples, il fréquente la Scuola Internazionale (1894-1896), à Bâle, l'Untere Realschule (1897), avant de s'inscrire en 1902 dans une école de Commerce à Neuchâtel.

De 1905 à 1907, il travaille pour un fabricant d'horlogerie à Saint-Pétersbourg. Revenu en Suisse, il entreprend des études de médecine, puis de lettres à l'université de Berne.

En 1910-1911, il découvre la France, où il cultive du cresson avant de s'improviser apiculteur. Il fréquente à la même époque Gustave le Rouge (Le Mystérieux Docteur Cornélius) et Rémy de Gourmont.

A Londres, il jongle dans un music-hall et partage la chambre d'un Charlie Chaplin encore inconnu.

A New-York, il rejoint Féla, qu'il épousera avant de prendre les armes, engagé volontaire, pendant une Première Guerre Mondiale qui lui coûtera son bras droit.

Naturalisé Français en 1916, il rencontre l'année suivante l'actrice Raymone Duchâteau qui devient sa compagne, puis son épouse en 1949.

Il meurt d'une attaque le 21 janvier 1961.

Haut de page

  • Son oeuvre littéraire

Dans une langue novatrice, Blaise Cendras célèbre le monde moderne naissant, ses machines et ses gares, emblèmes de la vitesse, mais se fait aussi le témoin de l'époque terrible de la Grande Guerre.

"Ecrire, c’est brûler vif, mais aussi renaître de ses cendres"

1912 Publication de son premier texte sous le pseudonyme de Blaise Cendras : Hic Haec Hoc
Fondation de la revue Les Hommes nouveaux avec Emil Szittya à Paris
Publication de son premier grand poème, Les Pâques
Rencontre de Guillaume Apollinaire et de l'avant-garde parisienne
1913 Parution de La Prose du Transsibérien et de La Petite Jehanne de France, "premier livre simultané", avec les couleurs simultanées de Sonia Delaunay
Elaboration du Panama ou les Aventures de mes sept oncles
1916 La guerre au Luxembourg.
1917 Ecriture de L'Eubage, Moravagine, La Fin du Monde filmée par l'Ange Notre-Dame
Publication de Profond Aujourd'hui
1918 Panama ou les Aventures de mes sept oncles et de J'ai tué
Co-directeur des Editions de la Sirène
1919 Dix-neuf poèmes élastiques et L'ABC du cinéma.
1920-1921 Expériences cinématographiques
1921 Anthologie nègre.
1923 La Création du monde par les Ballets Suédois, sur un livret de Cendrars
1924 Premier voyage au Brésil. Feuilles de route I, "Le Formose"
1925 L'Or, la merveilleuse histoire du Général Johann August Suter, son premier livre à grand succès international
1926 Moravagine et de L'Eubage, aux antipodes de l'Unité
1929 Le Plan de l'Aiguille et Les Confessions de Dan Yack. Une Nuit dans la forêt, premier fragment d'une autobiographie
1931 Aujourd'hui (textes en prose)
1932 Vol à voiles, prochronie
1935-1938 Reportages
1938 Histoires vraies (nouvelles)
1939 La Vie dangereuse (nouvelles)
1939-1940 Correspondant de guerre auprès de l'Armée anglaise
1940 D'oultremer à indigo
1943-1949 Ecriture à Aix-en-Provence de quatre volumes, qui "sont des Mémoires sans être des Mémoires" : L'Homme foudroyé (1945), La Main coupée (1946), Bourlinguer (1948), Le Lotissement du ciel (1949), nommés la "Tétralogie"
1956 Emmène-moi au bout du monde!.... (roman)
1960 Commandeur de la Légion d'honneur, distinction remise par André Malraux.
1961 Grand Prix littéraire de la Ville de Paris.

Haut de page

Avis du public : Blaise Cendrars

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire