Prochainement à l’affiche

Des territoires (Nous sifflerons la Marseillaise...) jusqu'à 18% de réduction

1
2
3
4
5
  • 1 avis
Le Centquatre (104) Paris | du 16 au 24 mai 2017 | Durée : 1h50
CONTEMPORAIN, Coups de coeur
RESERVER

À partir de 13,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Des territoires (Nous sifflerons la Marseillaise...)

1
2
3
4
5
  • 1 avis
Théâtre Ouvert Paris | du 29 janvier au 19 février 2016 | Durée : 1h50
CONTEMPORAIN, Coups de coeur

Spectacle terminé depuis le 19 février 2016

 

Baptiste Amann

Baptiste Amann suit les cours de l’École de cirque et la section théâtre du lycée Frédéric Mistral d’Avignon, puis intègre l’École Régionale d’Acteurs de Cannes (ERAC) en 2004 où il poursuit ses études jusqu’en 2007. Il travaille notamment avec Daniel Danis, Le Kiwi ; Jean-Pierre Vincent, Une Orestie d’après Eschyle ; Anne Alvaro et David Lescot, Troïlus et Cressida de Shakespeare ; Jean-François Peyret, Laboratoire « nouvelles technologies » autour de Beckett et Mac Luhan ; Olivier Bruhnes, Le jour qu’on attend, L’étrange rêve de Lady A, Fracas  ; Antoine Bourseiller, Notre-Dame-des-Fleurs de Jean Genet ; Hubert Colas, Zep et Gratte-ciel de Sonia Chiambretto ; Linda Blanchet, Un homme qui dort d’après Georges Pérec ; Judith Depaule, Les Enfants de la terreur

Il est l’un des cofondateurs de l’Outil, plateforme de production implantée à Dijon, en compagnie de Solal Bouloudnine, Victor Lenoble et Olivier Veillon.

Il écrit pour le théâtre, Les Anthropophages, Deter... Des territoires (Nous sifflerons la Marseille…) éditée dans la collection Tapuscrit/Théâtre Ouvert est sa première pièce publiée.

Baptiste Amann réalise également des musiques pour la scène et des mises en scène. Il travaille aussi pour le cinéma et la télévision avec notamment Antoine De Caunes, Philippe Lefebvre, Laurent Teyssier, Karim Didri…

Avis du public : Baptiste Amann

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire