Alfred de Musset

1
2
3
4
5



+ d’infos

Actuellement à l’affiche : Alfred de Musset

Il ne faut jurer de rien jusqu'à 31% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Comédie Saint-Michel Paris | du 03 juin au 30 décembre 2016 | Durée : 1h30
CLASSIQUE, Clown
RESERVER

À partir de 15,50 € au lieu de 22,50 €

 

Prochainement à l’affiche

Les caprices de Marianne jusqu'à 20% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Cartoucherie - Théâtre de la Tempête Paris | du 10 novembre au 11 décembre 2016 | Durée : 1h50
CLASSIQUE
RESERVER

À partir de 13,50 €

Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée / Derrière la porte jusqu'à 36% de réduction

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Théâtre Douze - Maurice Ravel Paris | du 28 février au 19 mars 2017 | Durée : 1h15
COMEDIE & BOULEVARD
RESERVER

À partir de 10,50 € au lieu de 16,50 €

 

Anciennement à l’affiche

Il ne faut jurer de rien

1
2
3
4
5
  • 0 avis
Comédie Nation Paris | du 09 avril au 22 mai 2016 | Durée : 1h30
CLASSIQUE, Clown

Spectacle terminé depuis le 22 mai 2016

 

Alfred de Musset

  • Biographie

Né en 1810, à Paris, il est issu d’une famille de petite noblesse, très sensible à la littérature. Après de brillantes études, « l’enfant terrible du romantisme » commence une vie mondaine et libertine. Mélancolique ou gai selon les heures, dandy impertinent, il se donne des allures de page, féru de parodies, de gageures et d’amour, et brodant des ballades.

Après avoir fréquenté le cercle littéraire de Charles Nodier, il intègre en 1828, le cénacle hugolien. Alors commence sa vie littéraire, qui se confond avec sa vie-même, et avec ses liaisons tumultueuses, comme avec Georges Sand. Elle peut-être divisée en trois époques :
- celle des caprices, avec A quoi rêvent les filles, Namouna, La nuit vénitienne, Les caprices de Marianne, Fantasio, On ne badine pas avec l’amour, Lorenzaccio.
- celle des passions, avec Lettre à Lamartine, A la Malibran, La confession d’un enfant du siècle, Il ne faut jurer de rien.
- celle des tristesses, avec Sur la paresse, Sur trois marches de marbres roses, Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée.

Dans ses œuvres, on retrouve la nostalgie de la pureté et de l’amour perdus, le sentiment que le bonheur est impossible, et le « mal du siècle » résultant de la confrontation d’ un individu assoiffé d’idéal face à la réalité.

Elu à l’Académie Française en 1852, il voit représenter un certain nombre de ses œuvres.

La mort, venue très tôt (en 1857), le délivre d’une longue et stérile langueur, où il lamentait dans l’alcoolisme les dons gaspillés de sa jeunesse.

Le théâtre de Musset est tenu de nos jours pour une part de son œuvre aussi vivante que ses poèmes. La même flamme y circule et la même sincérité s’y fait jour. Analyser l’âme humaine à travers ses passions, sincèrement et à l’abri de toutes conventions, en tracer une peinture lyrique plutôt que réaliste, voilà l’idéal que se propose Musset. Et ses maîtres sont Racine, pour l’élégance, Marivaux pour ses grâces subtiles et Shakespeare pour sa liberté de mouvement.

  • Oeuvre

1826 : À Mademoiselle Zoé le Douairin
1828 : Un rêve, L'Anglais mangeur d'opium
1830 : Contes d'Espagne et d'Italie, La Quittance du diable, Une nuit vénitienne
1831 : La Coupe et les lèvres, Namouna
1832 : Spectacle dans un fauteuil, À quoi rêvent les jeunes filles
1833 : Les Caprices de Marianne, Rolla, André del Sarto, Gamiani ou deux nuits d'excès
1834 : Fantasio, On ne badine pas avec l'amour, Perdican, Camille et Rosette, Lorenzaccio
1835 : La Quenouille de Barberine, La Nuit de mai, La Nuit de décembre, Le Chandelier
1836 : Il ne faut jurer de rien, Lettre à M. de Lamartine, Faire sans dire, La Nuit d'août, Chanson de Barberine, La Confession d'un enfant du siècle
1837 : Un caprice, La Nuit d'octobre, À la Malibran, Emmeline, Lettres à Dupuis et Cotonet
1838 : Le Fils du Titien, Frédéric et Bernerette, L'Espoir en Dieu, La Nuit d'avril, Dupont et Durand, Margot
1839 : Croisilles
1840 : Les Deux Maîtresses, Tristesse, Une Soirée perdue
1841 : Souvenir, Nouvelles (« Emmeline », « Le Fils du Titien », « Croisilles », « Margot »)
1842 : Le Voyage où il vous plaira, Sur la paresse, Histoire d'un merle blanc, Après une lecture
1844 : Pierre et Camille, Le Secret de Javotte, Les Frères Van Buck
1845 : Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée, Mademoiselle Mimi Pinson
1848 : Nouvelles (« Pierre et Camille », « Le Secret de Javotte »)
1849 : Louison, L'Habit vert, On ne saurait penser à tout
1849 : Les Filles de Loth
1850 : Poésies nouvelles, Carmosine
1851 : Bettine, Faustine
1853 : La Mouche
1854 : Contes
1855 : L'Âne et le Ruisseau

Avis du public : Alfred de Musset

0 Avis

0 commentaire(s)

1
2
3
4
5

Excellent


(0)

Très bon


(0)

Bon


(0)

Pas mal


(0)

Peut mieux faire


(0)
Donnez votre avis
Excellent
Très bon
Bon
Pas mal
Peut mieux faire